Interviews
URL courte
Par
Manifestations aux USA après la mort de George Floyd, l'homme noir étouffé par un policier (108)
15447
S'abonner

Face à la multiplication de la dégradation de statues de personnages historiques notamment liées à l’esclavage, l’historien Dimitri Casali, auteur de Le Grand procès de l’Histoire de France dénonce une «défaite de l’Histoire». Entretien.

Léopold II en Belgique, Christophe Colomb aux États-Unis, Winston Churchill et Edward Colston en Angleterre, Victor Schoelcher en Martinique, ont tous vu leurs statues dégradées ou même retirées ces derniers jours dans le cadre de manifestations antiracistes après la mort de George Floyd. Alors que la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a demandé le 10 juin le retrait des statues des confédérés du Capitole, certains militants demandent en France le déboulonnage de la statue de Colbert qui trône devant l’Assemblée nationale. Parmi eux, Louis-Georges Tin, président d’honneur du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN). Interrogé par Sputnik, il a également dénoncé le «racisme d’État» au sein de la police.

Peut-on vraiment comparer la France et les États-Unis?

Afin de suivre ce débat passionné, Sputnik a interrogé l’historien Dimitri Casali, auteur de nombreux ouvrages de vulgarisation, dont le plus récent est justement Le grand procès de l’Histoire de France (éd. Robert Laffont). Celui-ci s’insurge de la comparaison entre les histoires américaine et française: «Nous assistons à une américanisation de la pensée». Il estime qu’il est malhonnête de plaquer les représentations mentales américaines sur la société française car les histoires des deux pays «n’ont rien à voir». Il confirme le fait que «les États-Unis se sont bâtis sur la violence», rappelant le très tardif Civil Rights Act de 1964 promulgué par Lyndon Johnson, interdisant toute discrimination liée à la couleur, au sexe et à la religion.

Difficile de comparer donc avec le contexte très particulier de l’Hexagone, selon l’historien qui se souvient notamment de Josephine Baker arrivant en France de Saint-Louis en 1925 «où la ségrégation et le Klux-Klux-Klan sévissent». Celle-ci «deviendra la première grande star internationale noire» en France. Les exemples politiques ne manquent pas également. Dès 1879, le maire de Paris est noir, il s’agit de Severiano de Heredia. Dimitri Casali évoque également le premier député noir, Blaise Diagne, qui est élu en 1914, puis devenant en 1931, le premier ministre noir avec le poste de sous-secrétaire d’État aux colonies. L’historien répond ainsi à la romancière Virginie Despentes qui s’est plaint le 4 juin sur France Inter, dans un texte sur le racisme, de ne pas se souvenir «avoir jamais vu un homme noir ministre».

«Une défaite de l’Histoire»

M. Casali s’inquiète d’une «fuite en avant sans fin puisqu’il va falloir débaptiser, déboulonner toutes les statues des pays occidentaux», ce qui traduit une «défaite de l’Histoire». Cette «idéologie décoloniale» qui a cours depuis une dizaine d’années revêt pour lui un grave danger. L’historien fustige l’anachronie et «l’ignorance» de ces destructions, contraire à la discipline même de l’Histoire, de juger avec une morale actuelle des faits et des personnages remontant parfois à plusieurs siècles.

«La méconnaissance de l’Histoire entraîne une surestimation de la mémoire et nous assistons aujourd’hui à la guerre des mémoires. La mémoire coloniale est une surenchère sans fin.»

Il prend un nouvel exemple, celui de George Washington, le premier Président des États-Unis, qui a donné son nom à la capitale. Le quotidien Libération comptabilise le nombre de 123 esclaves lui appartenant à la fin de sa vie. Il s’interroge: «Que vont faire les Américains? Vont-ils devoir débaptiser leur propre capitale?». Une situation comparable à celle de Jean-Baptiste Colbert en France, un des plus grands serviteurs de l’État, qui a construit en partie la puissance française, selon l’historien qui remarque encore aujourd’hui le courant économique colbertiste. Le travail de toute recherche historique est de replacer les faits dans le contexte de l’époque, c’est-à-dire celui que, lorsque Colbert rédige le Code noir en 1685, «la planète entière pratiquait l’esclavage».

«Il faut avoir du courage, recontextualiser et dire la vérité en face. Les premiers à le pratiquer, c’était les Africains entre eux sans parler évidemment de la traite orientale. La France et l’Angleterre sont les premières nations au monde à avoir aboli l’esclavage, voilà ce que devraient dire nos gouvernants et le Président de la République au lieu de jeter de l’huile sur le feu. Cela va être la porte ouverte à une fracturation de la société. Tout cela est basé sur une grande ignorance et il n’y aura plus de vivre-ensemble possible.»

Mais ce débat remet paradoxalement en lumière l’importance capitale de l’Histoire et de son instrumentalisation en politique.

«Les pires des totalitarismes»

Quant à ce qu’il se passe actuellement en France, en Angleterre et aux États-Unis, il s’agit selon Dimitri Casali d’effacement de l’Histoire: «Un peuple qui n’a pas d’histoire est un peuple qui n’aura pas d’avenir». Ce sont des destructions patrimoniales et historiques qui rejoignent «les pires des totalitarismes, à l’époque stalinienne où on effaçait les photos ou alors les talibans en Afghanistan qui ont détruit les bouddhas de Bamyan». S’inscrivant dans cette pensée, Emmanuel Macron a indiqué à son entourage qu’«effacer les traces ne trait[ait] pas le traumatisme», critiquant sévèrement le monde universitaire coupable d’avoir encouragé «l’ethnicisation de la question sociale», selon des propos rapportés dans Le Monde.

Dossier:
Manifestations aux USA après la mort de George Floyd, l'homme noir étouffé par un policier (108)

Lire aussi:

Le nombre de contaminations journalières en France bondit de nouveau au-dessus de 20.000
«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Erdogan accuse Macron de «régler des comptes avec l’islam et les musulmans»
Tags:
George Floyd, Emmanuel Macron, Conseil représentatif des associations noires (CRAN)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook