Maghreb
URL courte
6420
S'abonner

La gendarmerie de la ville de Biskra a arrêté le principal mis en cause, et ses deux complices, dans une affaire de viol filmé et diffusé sur les réseaux sociaux, indique la presse locale, précisant que les trois hommes étaient des repris de justice.

L’auteur d’un viol sur une attardée mentale dans la ville de Biskra, dans le nord-est de l’Algérie, et ses deux complices qui ont filmé et diffusé la vidéo de la scène sur les réseaux sociaux, ont été arrêtés par les agents de la brigade cybercriminalité de la gendarmerie de la ville, rapporte la presse locale.

Partant des images diffusées sur les réseaux sociaux, les investigateurs en cybercriminalité de la wilaya de Biskra ont réussi à identifier l’agresseur principal et l’ont arrêté, selon le site d’information Oberv’Algérie.

Le prévenu, âgé de 26 ans, a reconnu son crime lors de son interrogatoire et a révélé l’identité de ses deux complices, âgés de 29 et 30 ans, qui n’ apparaissent pas dans la vidéo. Il s’agit en effet de la personne qui a filmé la scène du viol et d’une autre personne qui l’a partagée sur Internet. Interpellés, ils ont également reconnu leur culpabilité.

Par ailleurs, le média souligne que les trois hommes étaient des repris de justice, précisant qu’ils avaient été mis sous mandat de dépôt par la gendarmerie.

Ils seront prochainement déférés devant le juge du tribunal de la ville pour les chefs d’accusation de formation d’une bande de malfaiteurs pour viol, diffusion de vidéos et d’images à caractère sexuel, et acte sexuel commis en lieu public, conclut le site d’information.

Lire aussi:

Assaut du Capitole: «Donald Trump et ses supporters sont tombés dans un piège»
Le licenciement «secret» de Jérôme Salomon de l’Institut Pasteur en 2012 refait surface
Israël intensifie ses bombardements en Syrie, Joe Biden visé?
Ces applications «dangereuses» à supprimer du smartphone, selon des spécialistes
Tags:
arrestation, cybercriminalité, cybersécurité, viol, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook