Ecoutez Radio Sputnik
    Gruau de sarrasin

    Pourquoi le Maroc a saisi trois quintaux de farine de sarrasin importée de France?

    © Sputnik . Alekseï Malgavko
    Maghreb
    URL courte
    19374
    S'abonner

    Après la décision des autorités françaises d’interdire la vente de la farine de sarrasin Ma vie sans gluten, emballée dans des paquets de 500 grammes, le Maroc a également saisi trois quintaux de la même farine importée de France, a indiqué un communiqué relayé par la presse locale.aisie

    L’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), au Maroc, annoncé dans un communiqué, relayé par la presse locale, que 300 kilogrammes de farine de sarrasin importée de France avaient été retirés de la vente en raison de leur contamination par une herbe hallucinogène. Le 27 août dernier, les autorités françaises ont pris une mesure similaire.

    Selon le quotidien arabophone Al Massae, l’ONSSA a affirmé que le type de farine bio, à savoir Ma vie sans gluten, retirée du marché français ne sera pas commercialisée au Maroc. Et ce en raison du fait que l’ingestion du produit contaminé pourrait provoquer de nombreux effets indésirables, dont des hallucinations et des troubles de la vue.

    La semaine dernière, la Direction de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) en France, a annoncé sur son compte Twitter le rappel des paquets de 500 grammes du type de farine citée ci-dessus, qui pourraient contenir des «alcaloïdes tropaniques (Datura) à un taux pouvant présenter un risque pour la santé du consommateur».

    ​«En cas de consommation importante de ce produit, les effets ressentis peuvent être les suivants: sécheresse de la bouche, pupilles dilatées, troubles de la vue, tachycardie, agitation, confusion, désorientation spatio-temporelle, hallucinations, paroles incohérentes», prévient la DGCCRF sur son site.

    Tags:
    contamination, saisie, substitution aux importations, importations, farine, Maroc
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik