Maghreb
URL courte
7306
S'abonner

Saïd Bouteflika, frère du Président déchu Abdelaziz Bouteflika, jugé pour «atteinte à l’autorité de l’armée» et «complot contre l’autorité de l’État» par un tribunal militaire à Blida, au sud d’Alger.

Un tribunal militaire algérien a condamné à 15 ans de prison Saïd Bouteflika, frère du Président déchu Abdelaziz Bouteflika, jugé pour «atteinte à l'autorité de l'armée» et «complot contre l'autorité de l'État», a rapporté mercredi l'agence officielle APS.

Le général «Toufik» et son successeur à la tête du renseignement Athmane Tartag, ainsi que la secrétaire générale du Parti des travailleurs Louisa Hanoune, jugés dans la même affaire devant le tribunal militaire de Blida, au sud d'Alger, ont écopé de la même peine, selon APS.

Le Tribunal a également condamné à 20 ans de prison l'ancien ministre de la Défense et ex-chef d'état-major de l'armée Khaled Nezzar, son fils Lotfi, ainsi que Farid Benhamdine, gérant de la Société algérienne de pharmacie, tous les trois jugés par contumace dans la même affaire.

Le parquet a requis mardi 24 septembre 20 ans de prison pour tous les accusés.

La défense avait admis que Mme Hanoune avait participé à une réunion avec Saïd Bouteflika et le général «Toufik» le 27 mars, au lendemain d'une déclaration du chef d'état-major de l'armée, le général Ahmed Gaïd Salah, demandant publiquement le départ d'Abdelaziz Bouteflika. Quelques jours plus tard, le général Gaïd Salah avait accusé, sans les nommer, Saïd Bouteflika et les généraux Mediene et Tartag de comploter contre l'armée.

Mardi, au cours de la seconde journée d'audience de ce procès emblématique ouvert la veille, loin des caméras, «le juge a entendu les témoins et le général Toufik, qui a répondu aux questions de manière complète», avait dit Me Brahimi cité par l'AFP.

Lire aussi:

Un épidémiologiste de l’Institut Pasteur met en garde la France
Cas de Covid-19 importés d’Algérie: «on donne le bâton pour se faire battre»
Certains gels hydro-alcooliques peuvent cacher un danger mortel
Macron a déjà contredit Castex sur le remaniement, moins de 48 heures après sa nomination
Tags:
prison, Saïd Bouteflika, Abdelaziz Bouteflika, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook