Ecoutez Radio Sputnik
    Alger

    Après 14 ans de restriction, l’Algérie annonce le recours à l’endettement extérieur

    © Sputnik . Vladimir Perventsev
    Maghreb
    URL courte
    Par
    171137
    S'abonner

    L’Algérie lève la restriction, imposée depuis 2005, de ne pas recourir à l’endettement extérieur, indique le projet de loi de finances 2020 annoncé par le gouvernement. Ce dernier précise qu’Alger s’endettera auprès des institutions régionales et internationales dont il est membre dans le but de financer des projets stratégiques.

    Alors qu’il en avait fait sa règle d’or depuis 2005, le gouvernement algérien vient d’annoncer officiellement, dans le cadre de son projet de loi de finances 2020, la possibilité de recourir à l’endettement extérieur en mettant ainsi fin à 14 ans de restriction. L’article 98 de ce projet de loi, rendu public mercredi 25 septembre, stipule que l’emprunt étranger est strictement dédié à financer des «projets stratégiques et structurants pour l’économie nationale».

    «Nonobstant toutes dispositions contraires, le financement de projets stratégiques et structurants pour l’économie nationale, auprès des institutions financières de développement, est autorisé après avis des autorités compétentes», indique le texte, dans lequel il est également possible de lire: «Le recours à des emprunts identifiés de manière sélective et bien encadrée peut constituer un instrument pertinent pour permettre le financement d’investissements marchants et, pour notre pays, la réalisation d’objectifs plus ambitieux en termes de développement, de croissance et de création d’emplois».

    Au demeurant, le gouvernement algérien a précisé auprès de quelles institutions financières internationales il allait s’endetter.

    «L’Algérie est membre dans plusieurs institutions financières internationales et régionales, sans qu’elle ne bénéficie de prêts de ces institutions, du fait de sa politique affichée depuis 2005 de non recours à l’emprunt extérieur», affirme le projet de loi, précisant qu’Alger «a néanmoins poursuivi ses efforts de contribution à leur capital».

    Ainsi, «l’Algérie peut, du fait du niveau de ses participations dans le capital, bénéficier de conditions avantageuses de financement auprès de ces institutions », précise le gouvernement, considérant qu’il «serait opportun pour notre pays de ne pas exclure la possibilité d’un recours sélectif à l’emprunt auprès de ces institutions pour le financement de projets productifs, stratégiques, structurants et ciblés suivant des critères prédéfinis».

    L’endettement extérieur en remplacement de la planche à billets?

    Le projet de loi de finances 2020 affirme que l’Algérie fera face à une baisse de ses recettes de 8,3% et ce malgré une hausse de 5,3% de la fiscalité ordinaire. Cette baisse globale s’explique par le fait que le gouvernement table sur un recul de la fiscalité pétrolière en 2020. C’est dans ce contexte que le recours à l’endettement extérieur a été décidé, pour financer un déficit budgétaire estimé entre 1.800 milliards de dinars (soit près de 14 milliards d’euros) et 2.000 milliards de dinars (15 milliards d’euros) par certains experts algériens. Le gouvernement a annoncé également l’augmentation de la TVA à 20%.

    Auparavant, le déficit budgétaire était financé par la planche à billets, abandonnée par le gouvernement dans le cadre du même projet de loi de finances 2020.

    Dans une note de conjoncture, la Banque d'Algérie a affirmé qu’elle avait émis 6.556 milliards de dinars (55 milliards de dollars) dans le cadre du financement non conventionnel depuis novembre 2017. Sur cette somme totale, un montant de 2.470 milliards de dinars (20 milliards de dollars) a servi au financement du déficit du Trésor pour les années 2017 et 2018 et partiellement au titre de l'exercice 2019.

    Durant les 20 années au pouvoir du Président déchu Abdelaziz Bouteflika, l’Algérie a dépensé plus de 1.000 milliards de dollars, selon les chiffres annoncés par l’ex-Premier ministre Ahmed Ouyahia, actuellement en prison pour des affaires de corruption.

    Tags:
    infrastructure, financement, restructuration d'une dette, dette souveraine, dette publique, dette, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik