Ecoutez Radio Sputnik
    Agadir

    Une Marocaine défigurée par son mari pour lui avoir refusé un second mariage

    © Sputnik . Aleksei Vitvitskiy
    Maghreb
    URL courte
    202173
    S'abonner

    Une Marocaine a été gravement blessée au visage et au coup par son mari avec une arme blanche pour avoir refusé de lui accorder son consentement pour un second mariage.

    Un ancien militaire marocain a défiguré sa femme au couteau après qu’elle a refusé qu’il se marie avec une seconde femme, conformément au nouveau code de la famille en vigueur dans le royaume chérifien depuis 2004, rapporte le site d’information marocain Agadir 24.

    Le média indique que les faits ont eu lieu dans la ville d’Inezgane, dans le sud du Maroc. L’homme avait fait part à son épouse de son désir de se marier avec une deuxième femme, tel qu’autorisé par le code de la famille tiré de la charia islamique, sous réserve d’un accord préalable. Face au refus de sa femme, le mari a saisi un couteau et lui a asséné plusieurs coups au niveau du coup et du visage.

    La victime a été transportée d’urgence à l’hôpital Hassan II d’Agadir, poursuit le média, précisant que son pronostic vital n’est pas engagé.

    Arrêté par la police, l’homme a été placé en garde à vue sur décision du parquet général et mis à la disposition des enquêteurs. Il est accusé de tentative d’homicide volontaire.

    Que dit le code de la famille marocain?

    Le code de la famille marocain, adopté en 2004, autorise la polygamie, mais sous conditions. En effet, pour avoir le droit d’épouser une seconde femme, le mari est tenu d’obtenir l’autorisation de son épouse, sans quoi elle est en droit de demander le divorce.

    Par ailleurs, le mari doit justifier devant la justice le recours à une deuxième femme et des moyens financiers attestant qu’il peut subvenir aux besoins des deux épouses. Enfin, il doit s’engager à ne faire preuve d’aucune injustice entre elles.

    Tags:
    polygamie, demande en mariage, mariage forcé, mariage, Maroc
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik