Maghreb
URL courte
244838
S'abonner

Des personnes résidant aux Pays-Bas et ayant la double nationalité néerlandaise et marocaine ont lancé une campagne pour pouvoir se débarrasser de la seconde. Elles ont rédigé un manifeste et l’ont envoyé aux groupes parlementaires, affirmant que le Maroc tente de les «espionner, intimider, séduire, recruter et corrompre».

Des Maroco-Néerlandais ont signé un manifeste pour préconiser la liberté de choix en ce qui concerne une deuxième nationalité et ont appelé le gouvernement et la société civile des Pays-Bas à les soutenir dans leur lutte pour l’abolition de la double nationalité, soulignant qu’ils ne l’avaient pas choisie.

Un député du parti politique néerlandais Démocrates 66 (D66), Jan Paternotte, a annoncé sur Twitter son intention de demander au gouvernement d’aider les personnes dans cette situation à renoncer à leur seconde nationalité.

«La majorité de la chambre basse appuie ma demande de débat sur cet important sujet. Laissez les Néerlandais avec un parent marocain décider s'ils veulent également être Marocains», a-t-il indiqué.

Pour Jan Paternotte, les Maroco-Néerlandais ont le droit de choisir leur nationalité.

«Depuis les années 1970, le Maroc a créé toute une gamme d'institutions gouvernementales pour espionner, intimider, séduire, recruter et corrompre les Marocains aux Pays-Bas», indique le manifeste.

Le Manifeste a été signé par 12 Néerlandais d’origine marocaine qui affirment que «la nationalité marocaine signifie une vie de peur, d'incertitude, de méfiance».

«Surveillés par les services de renseignements»

Les auteurs du manifeste indiquent également qu'ils ne peuvent pas s'exprimer sur la situation au Maroc, étant «étroitement surveillés par les services de renseignements marocains».

La communauté marocaine aux Pays-Bas est estimée à quelque 400.000 personnes. Le Maroc a signé des accords de recrutement de main d'œuvre avec plusieurs pays d’Europe, notamment en 1969 avec les Pays-Bas.

Lire aussi:

Une fête d’anniversaire se transforme en rixe «d’une rare violence» à Marseille
Michel Onfray alerte sur «l’impérialisme violent» de l’islam – exclusif
Paris s'oppose à une quasi-fermeture des frontières par Berlin avec la Moselle
Biden explique pourquoi il a ordonné des frappes en Syrie
Tags:
méfiance, peur, gouvernement, Europe, services secrets, société civile, groupe parlementaire, double nationalité, Pays-Bas, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook