Ecoutez Radio Sputnik
    Alger

    L’ambassade d’Arabie saoudite à Alger réfute toute ingérence dans les affaires internes de l’Algérie

    CC BY 3.0 / Poudou99 / Vue d'Alger depuis la cité Diar El Mahçoul. Alger, Algérie
    Maghreb
    URL courte
    Par
    6104
    S'abonner

    Sur fond de rumeurs suscitées par une information publiée par un média algérien, l’ambassade d’Arabie saoudite à Alger a nié toute interférence dans la libération du correspondant d’Al-Arabiya, arrêté le 28 septembre dans la capitale, soulignant le «respect du royaume pour la souveraineté de l’Algérie».

    Vendredi 28 septembre, le correspondant de la chaîne saoudienne Al-Arabiya à Alger, Abdelkader Kherbouche, a été arrêté par les services de sécurité alors qu’il couvrait la manifestation populaire hebdomadaire dans la capitale. Il a été relâché dans la même journée, après que son chef de bureau a présenté les documents attestant de l’accréditation de la chaîne dans le pays.

    Or, le site d’information Algérie Part a rapporté que le journaliste avait été relâché après l’intervention de l’ambassadeur d’Arabie saoudite à Alger, Abdelaziz ben Ibrahim Hamad El Omairini, auprès des autorités algériennes.

    Dans un communiqué publié mercredi 2 octobre, l’ambassade d’Arabie saoudite a nié toute ingérence dans les affaires intérieures de l’Algérie. Le journaliste Raouf Herzallah, chef du bureau d’Al-Arabiya à Alger, a confirmé les affirmations de la représentation diplomatique saoudienne, rejoint, en ceci, par M.Kherbouche lui-même, dans un message publié sur son compte Facebook.

    L’ambassade saoudienne a exprimé «son profond regret pour ces rumeurs malveillantes, qui visent à saper les relations fraternelles entre l’Arabie saoudite et la République algérienne, qui durent depuis des décennies», indique le communiqué, insistant sur le «respect du royaume pour la souveraineté de l’Algérie» et sur le principe «de non-ingérence dans ses affaires intérieures».

    Par ailleurs, le même communiqué a réaffirmé «la volonté des dirigeants saoudiens de renforcer les liens et la coopération entre les deux pays, enracinée depuis la guerre de libération en Algérie, dont les Algériens et tous les peuples de la région sont fiers».

    Le correspondant et son chef réagissent

    Dans une déclaration au site d’information Ennahar online, Raouf Herzallah a affirmé que «l’information qui a circulé est fausse et sans fondement».

    L’ambassadeur «n’est jamais intervenu, directement ou indirectement, après l’arrestation du journaliste Abdelkader Kherbouche», a-t-il expliqué, précisant que son collaborateur avait été interpellé car il n’avait pas sur lui sa carte d’accréditation. Selon M.Herzallah, ce dernier a été immédiatement remis en liberté après la présentation par ses propres soins de tous les documents officiels attestant de l’activité légale de la chaîne sur le territoire algérien.

    Contrairement aux allégations d’Algérie Part, «il n’y a pas eu de discussion entre moi et l’ambassadeur et je ne l’ai pas rencontré», a-t-il soutenu.

    Pour sa part, Abdelkader Kherbouche a indiqué sur sa page Facebook que le média qui a rapporté cette information «souillait l’Algérie avec les fausses informations qu’il publiait».

    Tags:
    démenti, loi anti-fake news, faux, désinformation, Arabie Saoudite, Riyad, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik