Ecoutez Radio Sputnik
    Un tir de missile Kalibr

    L’Algérie intègre le cercle réduit des pays aptes à «lancer des attaques au sol par missile depuis des sous-marins»

    © Sputnik . Ministère russe de la Défense
    Maghreb
    URL courte
    Par
    4315726
    S'abonner

    Pour le journal espagnol ABC, ainsi que pour certains experts algériens en matière de défense, l’exercice tactique réalisé par deux submersibles algériens de type Kilo 636 a propulsé la marine de ce pays parmi le nombre restreint des forces navales capables «de lancer des attaques au sol par missile depuis des sous-marins».

    L’exercice effectué dimanche 29 septembre par la marine algérienne et consistant à détruire des cibles terrestres avec des missiles de croisière Kalibr de type Club-S, tirés depuis deux sous-marins Kilo 636 récemment achetés à la Russie, dénote d’une grande percée technologique. Ainsi, l’Algérie est devenue «le seul pays dans la Méditerranée, aux côtés d’Israël», à disposer d’une telle capacité dissuasive, analyse le journal espagnol ABC.

    «La marine algérienne a effectué un bond qualitatif dans sa force de dissuasion en se positionnant comme le seul pays dans la Méditerranée, aux côtés d’Israël, avec la capacité de lancer des attaques au sol par missile depuis des sous-marins», affirme le média, soulignant que «même la France ne dispose pas pour l’instant de cette capacité de lancer des missiles tactiques depuis ses sous-marins».

    Dans le même sens, le rédacteur de l’article, Esteban Villarejo, spécialiste des questions de défense, a ajouté que «le bond qualitatif de l’Algérie est évident car dans le monde, outre Israël dans la Méditerranée, seuls les États-Unis, la Russie, la Chine, la Corée du Nord et le Royaume-Uni disposent de cette capacité de lancer des missiles depuis un sous-marin pour détruire des cibles au sol».

    L’effort de modernisation de l’armée algérienne porte ses fruits

    Dans une déclaration à Sputnik, Akram Kharief, expert algérien dans les questions de défense et éditeur du site d’information Menadefense, a indiqué que la marine algérienne maîtrisait «ces capacités de frappe à partir de sous-marins sur des cibles au sol depuis 2015».

    «En réalité, la semaine dernière, c’était juste la première fois que l’armée algérienne communiquait sur ce genre d’exercices tactiques». «On est entré dans ce qu’on appelle les guerres modernes avec zéro perte», a expliqué également l’ex-colonel de l’armée de l’air algérienne Mokhtar Saïd Mediouni, dans une déclaration au site Tout Sur l’Algérie (TSA).

    «L’Armée nationale populaire (ANP) ne veut pas juste consommer des moyens militaires, mais elle veut également comprendre et maîtriser les systèmes technologiques de pointe et développer sa propre industrie avec ses propres moyens», avait-il déjà déclaré à Sputnik, faisant savoir que l’ANP voulait «acquérir d’une manière plus pragmatique ces technologies et faire en sorte que la maîtrise soit encore plus efficace».

    La force sous-marine algérienne est constituée de six submersibles en service, dont quatre flambant neuf de type Kilo 636 et deux anciens de classe Kilo 877EKM, reçus dans les années 1980 et modernisés en Russie entre 2005 et 2010.

    Le sous-marin «trou noir»

    Le sous-marin diesel-électrique polyvalent du projet 636 Varchavianka (Improved Kilo, selon le code Otan) appartient à la troisième génération de sous-marins. Il est baptisé «trou noir» par les experts de l'Otan pour sa discrétion. Ce submersible a un déplacement de 2.350 tonnes en surface et de 3.950 tonnes en plongée, et une vitesse de 17 à 20 nœuds. Il a 45 jours d'autonomie, peut être doté de quatre missiles Kalibr, de 18 torpilles de 533 millimètres (six tubes) et de 24 mines, et plonger à 300 mètres de profondeur. Son équipage se monte à 52 personnes.

    Beaucoup de pays achètent des sous-marins de type 636. À l'heure actuelle, des submersibles de classe Kilo sont en service dans les marines algérienne, vietnamienne, indienne, iranienne et chinoise.

    Tags:
    tir de missiles, missile, guerre sous-marine, sous-marin, Marine algérienne, Armée nationale populaire algérienne (ANP), Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik