Ecoutez Radio Sputnik
    Accord de libre-échange avec l'UE

    L’accord de libre-échange avec l’UE sera «un désastre pour l’économie nationale» algérienne

    CC0 / geralt / Europe, Handshake
    Maghreb
    URL courte
    81110
    S'abonner

    Le président de l’Association nationale des exportateurs algériens tire la sonnette d’alarme quant à l’application de l’accord de libre-échange avec l’UE, le qualifiant de «désastre». Par ailleurs, il rappelle que le volume des importations algériennes s’élevait à 283 milliards de dollars (2005-2017), contre 12 milliards d’exportations.

    L’accord de libre-échange avec l’Union européenne, qui entrera en vigueur en 2020, sera «un désastre pour l’économie nationale» algérienne, a déclaré Ali Bey Nasri, président de l’Association nationale des exportateurs algériens, lors d’un passage sur la Radio nationale.

    «L’accord avec l’UE n’est pas en faveur de l’Algérie, dont l’économie n’a pas encore réussi à sortir de la dépendance des hydrocarbures», a-t-il expliqué.

    Plus en détails, M.Nasri a expliqué que «ce qui est catastrophique pour l’économie nationale», c’est le fait que contre les 283 milliards de dollars que représente le volume total des importations algériennes des 28 pays de l’Union européenne (entre 2005 et 2017), l’Algérie n’a exporté que 12 milliards de dollars de dérivés du pétrole, soit 4,2%.

    À ce fort déséquilibre s’ajoute le fait que dans «les accords d’association avec l’UE qui comprennent 110 clauses», l’UE «n’a respecté que le volet commercial, tandis que la partie relative à la coopération et au transfert de la technologie et à la circulation des personnes, a été négligée», s’est offusqué Ali Bey Nasri.

    Le président de l’Association nationale des exportateurs algériens regrette que ces accords d’association Algérie-UE signés et entrés en vigueur en 2005, «n’aient pas fait l’objet d’études approfondies, ce qui les a rendu défavorables à l’économie nationale».

    Pour lui, l’Algérie n’est pas prête à l’application de l’accord de libre-échange avec l’UE, même si ce dernier prévoit une période de transition de 12 ans avant l’établissement d’une véritable zone de libre-échange. Ainsi, l’Algérie a tout intérêt à renégocier cet accord comme l’ont fait la Tunisie et le Maroc, a-t-il conclu.

    Tags:
    Accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA), accord de coopération, libre-échange, Union européenne (UE), Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik