Maghreb
URL courte
3146
S'abonner

2,2 tonnes de cannabis en partance pour l’Espagne ont été saisies au port de Tanger Med au Maroc, annonce un communiqué de la police nationale. En l’espace de 48h, les forces de l’ordre marocaines ont saisi un total de 5,479 tonnes de cette drogue, dans différentes régions du pays.

Dans un communiqué publié sur son compte Twitter, la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) marocaine a annoncé avoir avorté une opération de trafic de résine de cannabis destinée au marché international. Cette opération menée au port de Tanger Med a été couronnée par la saisie de plus de deux tonnes de cette drogue.

L’opération a été menée, lundi 14 octobre, conjointement entre la police et les services des douanes au niveau du port Tanger Med. Ainsi, une quantité de 2,2 tonnes de résine de cannabis a été saisie sur un camion de transport routier international, s’apprêtant à aller en Espagne.

Le conducteur, âgé de 34 ans, a été arrêté et placé sous mandat de dépôt. Une enquête est toujours en cours sous la supervision du parquet pour élucider les éventuelles ramifications régionales et internationales de ce réseau criminel impliqué dans cette affaire, conclut le communiqué.

Auparavant, la DGSN avait également annoncé la saisie de 996 kilogrammes de résine de cannabis au poste frontalier de Guergarat, dans le Sahara occidental.

​Une autre opération à la ville de Fez a permis de saisir 2,283 tonnes de ces mêmes stupéfiants, annonce un autre communiqué de la DGSN.

​Ainsi en l’espace de 48 heures, les forces de l’ordre marocaines ont mis la main sur un total de 5,479 tonnes de résine de cannabis.

Lire aussi:

Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
Six touristes français tués dimanche au Niger par des hommes armés
Les Français tués au Niger étaient en mission humanitaire, selon la Défense nigérienne
Tags:
Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) marocaine, Espagne, Tanger, saisie, résine de cannabis, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook