Maghreb
URL courte
7420
S'abonner

Israël et l’Arabie saoudite sont les deux pays qui ont fait pression sur les États-Unis pour quitter l’accord sur le nucléaire iranien signé en 2015, a affirmé le Président Rohani.

Dans une déclaration à la télévision nationale iranienne mercredi 15 octobre à l’occasion de l’ouverture de la nouvelle année universitaire, le Président Hassan Rohani a affirmé que les États-Unis étaient sortis de l’accord sur le nucléaire signé en 2015 sous la pression «d’Israël et de l’Arabie saoudite».

«La résolution 2231 [du Conseil de sécurité de l’Onu, ndlr] est la seule qui affirme le droit de l'Iran à utiliser la technologie nucléaire», a déclaré le chef de l’État iranien, indiquant que «le gouvernement des États-Unis s’était retiré de l’accord nucléaire sous la pression d’Israël et de l’Arabie saoudite».

Face à la décision américaine, le Président iranien a tenu à souligner: «nous nous sommes dressés contre eux pour protéger notre programme technologique nucléaire et nous avons gagné trois procès contre les États-Unis à [la Cour internationale de justice (CIJ), ndlr] [de] La Haye».

Hassan Rohani a également évoqué l’impact des sanctions économiques américaines sur son pays. Il a affirmé: «nous traversons des conditions économiques difficiles, mais nous allons les surmonter car nous sommes en avance malgré toutes les pressions». «Nous avons progressé dans de nombreux domaines en dépit de toutes les pressions, y compris [dans celui] des systèmes de défense aérienne», a-t-il conclu.

L’initiative française pour sauver l’accord nucléaire

Sous l’impulsion du Président Emmanuel Macron, la France a tenté de sauver l’accord nucléaire en présentant un plan à l’Iran.

«Le Président français m’a présenté ce projet et j’ai dit que globalement nous étions d’accord là-dessus, mais qu’il y avait des tournures que je contestais parce qu’elles étaient fausses», avait déclaré le Président iranien lors d’une réunion du gouvernement retransmise à la télévision nationale.

Selon lui, le projet français se résumait à ce que l’Iran devait renoncer à se doter de l'arme nucléaire, tout en contribuant à la paix dans la région et sur les voies maritimes. En retour, les États-Unis devaient lever leurs sanctions économiques, ce qui permettrait à l'Iran d’exporter son pétrole, source importante de son revenu.

Ainsi, le Président français a cherché à organiser une rencontre entre Donald Trump et Hassan Rohani en marge de l'Assemblée générale annuelle des Nations unies qui s'est achevée mardi 1er octobre. Mais ils ont quitté New York sans s'être rencontrés.

Lire aussi:

Mort de George Floyd: le gouverneur du Minnesota annonce la mobilisation totale de la Garde nationale
Les violences urbaines s'étendent, et avec elles les territoires perdus de la République?
Les Français font davantage confiance à Didier Raoult qu’à Olivier Véran, selon un sondage
Le siège de CNN à Atlanta vandalisé par des manifestants après la mort de George Floyd - vidéo
Tags:
sanctions contre l'Iran, contre-sanctions, sanctions, programme nucléaire iranien, Israël, Arabie Saoudite, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook