Ecoutez Radio Sputnik
    Tunisie, mer Méditerranée

    Une Française battue à mort par son époux tunisien après une soirée «arrosée» sur l’île de Djerba

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    Maghreb
    URL courte
    372571
    S'abonner

    Un Tunisien de 38 ans a reconnu devant la police de Djerba Midoun, en Tunisie, avoir tué sa femme, une Française de 57 ans. Il lui a assenée des coups avant de l’étrangler après une soirée «arrosée» au domicile familial.

    Une Française de 57 ans originaire de Besançon a été tuée le 2 octobre par son époux tunisien dans la région de Tezdaine, sur l’île de Djerba, suite à une soirée «arrosée», indique l’Est Républicain. Elle a été inhumée jeudi 17 octobre en France, précise la même source.

    Le média souligne que les faits ont eu lieu au domicile familial, à la suite d’une violente dispute au cours de laquelle l’époux, 38 ans, a porté plusieurs coups à sa femme avant de l’étrangler à mort.

    L’homme a ensuite fui, avant d’accuser le frère de la victime d’être l’auteur du meurtre. En effet, selon le journal, il a d’abord prétendu avoir découvert le corps de sa femme en rentrant du travail, précisant que le frère et la sœur entretenait une relation conflictuelle. Il a fini par se rendre au poste de police de Djerba Midoun pour avouer la mort de son épouse, ajoute la même source.

    Auditionné par les enquêteurs, l’homme a finalement avoué être l’auteur des coups et des marques de strangulation. Il a été placé sous mandat de dépôt et mis à la disposition de l’enquête ouverte par les autorités judiciaires tunisiennes pour élucider les circonstances de ce drame.

    Le parquet de Montbéliard, en France, devrait également ouvrir une enquête judiciaire parallèle en collaboration avec les autorités tunisiennes, indique l’Est Républicain, précisant que le recoupement des informations des uns et des autres permettra de mieux cerner les circonstances du drame.

    Tags:
    tentative d'assassinat, meurtre, France, Tunisie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik