Ecoutez Radio Sputnik
    Notre-Dame d'Afrique vue de haut.

    Fermeture de temples protestants: le ministère algérien de l’Intérieur remet les pendules à l’heure

    CC BY-SA 3.0 / Mehnimalik / Notre-Dame d'Afrique vue de haut.
    Maghreb
    URL courte
    Par
    606735
    S'abonner

    Le ministre algérien de l’Intérieur a affirmé qu’uniquement 12 sur les 49 temples protestants existants sur le territoire national avaient été fermés, en raison de leurs activités prohibées par la loi de la République.

    Après le tollé provoqué par la décision des autorités algériennes de fermer des temples protestants en Kabylie, Salah Eddine Dahmoune, ministre de l’Intérieur, a réagi à la polémique qui s’est emparée notamment des réseaux sociaux.

    «Aucune instruction n'a été donnée pour la fermeture d’églises activant de manière légale à travers certaines wilayas du pays [Tizi Ouzou et Béjaïa, ndlr]», a déclaré le ministre lors d’une visite de travail à la wilaya (région) de Khenchela, dans l’est du pays, selon l’Algérie Presse Service (APS).

    Répondant à ceux qui ont crié au scandale, évoquant la restriction de la liberté de conscience et de culte, comme si le gouvernement avait procédé à la fermeture de tous les temples protestants, M.Dahmoune a précisé qu’uniquement «12 sur 49 hangars transformés en églises et activant de manière illégale ont été fermés».

    Par ailleurs, le responsable a expliqué que la décision de fermer ces temples faisait suite à des plaintes déposées par des citoyens sur des activités «suspectes» dans ces hangars, ajoutant que des «mesures coercitives nécessaires seront prises à l’encontre des gestionnaires et ceux qui fréquentent ces églises illégales».

    La semaine dernière, des pasteurs français de l’église évangélique avaient lancé un appel au Président Macron pour intervenir auprès des autorités algériennes afin qu’elles arrêtent ces fermetures jugées contraires aux droits de l’Homme.

    Ainsi, répondant à tous les «prolixes» qui évoquent les droits de l’Homme, le ministre a affirmé «l’Algérie n’a pas besoin de leçon dans ce domaine et est connue pour le respect de la liberté de culte dans des cadres légaux et organisés». Il a rappelé dans ce sens que l’État algérien avait financé durant ces dernières années des dizaines d’opération d’aménagement et de mise à niveau d’églises catholiques situées dans les wilayas de Tizi Ouzou, Bouira, Annaba et Oran.

    Tous les groupes religieux «aux activités subversives» visés

    Contrairement aux informations relayées par certains médias et sur les réseaux sociaux, les autorités algériennes n’avaient pas pointé du doigt uniquement les églises protestantes.

    Ainsi, dans une directive aux walis (préfets) et aux responsables de sécurité des wilayas (régions), le ministère de l’Intérieur a appelé à l’intensification des enquêtes sur les activités financières suspectes de certains groupes religieux.

    En effet, la note publiée le 8 septembre par le quotidien El Khabar et intitulée «Les activités de groupes religieux qui sont contraires aux pratiques religieuses nationales, notamment leurs manières d’agir destructrices/subversives dans la situation actuelle du pays [la crise politique engendrée par le mouvement du 22 février, ndlr]», désigne trois groupes, dont l’Église protestante d’Algérie (EPA) et deux organisations islamistes connues pour leurs stratégies agressives.

    Le ministère de l’Intérieur accuse les dirigeants protestants de «tentative de mettre sur pied une nouvelle stratégie pour faire passer leurs plans hostiles, avec le soutien de parties étrangères», profitant de la situation politique du pays.

    Dans un communiqué, l’EPA a répondu, dénonçant une «campagne mensongère visant, vainement, à la discréditer».

    Ce que dispose la loi algérienne

    En 2016, l’Assemblée populaire nationale (APN) algérienne a adopté une nouvelle Constitution dont l’article 42 dispose que «la liberté d'exercice du culte est garantie dans le respect de la loi».

    Dans ce cadre, la loi de 2006 fixant les conditions et règles d'exercice des cultes autres que musulmans interdit tout exercice du culte dans des lieux non destinés à cet effet. Elle précise également que les édifices destinés à l'exercice du culte sont soumis au recensement par l'État qui assure leur protection.

    Tags:
    polémique, protestantisme, temple, fermeture, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik