Maghreb
URL courte
Par
10341
S'abonner

L’Algérie participe au sommet Russie-Afrique avec une délégation de haut niveau conduite par le chef de l’État. Cette présence atteste de l’importance des relations stratégiques algéro-russes, a affirmé le ministre algérien des Affaires étrangères. Aux sommets Chine-Afrique et Japon-Afrique, Alger était représenté par ses Premiers ministres.

Contrairement aux sommets Chine-Afrique (septembre 2018) et Japon-Afrique (août 2019), la délégation algérienne de haut niveau qui prend part au sommet Russie-Afrique les 23 et 24 octobre à Sotchi est conduite par le chef de l’État par intérim, Abdelkader Bensalah. Cette participation souligne l’intérêt qu’Alger porte à ses relations avec Moscou. Le chef de l’État algérien est arrivé mardi après-midi accompagné du ministre des Affaires étrangères Sabri Boukadoum, du ministre des Finances Mohamed Loukal et du ministre de l'Énergie Mohamed Arkab.

«Il s’agit du premier sommet Russie-Afrique, à l’image des autres sommets Chine-Afrique ou Japon-Afrique, et la participation de haut niveau de l’Algérie démontre sa volonté de faire avancer les intérêts du continent africain, mais aussi ses propres intérêts dans le cadre du respect mutuel et du principe gagnant-gagnant», a déclaré M.Boukadoum, soulignant qu’à ce genre d’évènements «il y a énormément d’opportunités à saisir» dans tous les domaines, selon l’Algérie Presse Service (APS).

M. Boukadoum a évoqué l’intensité des relations stratégiques entre Alger et Moscou, soulignant qu’il était «naturel que l’Algérie prenne part avec une représentation de haut niveau à cette première initiative de ce genre de la Fédération de Russie».

Tout en mettant l’accent sur la dimension intrinsèquement africaine de l’Algérie qui selon lui «doit être affirmée partout», le diplomate a émis le souhait qu’à travers ce sommet «le rôle de la Russie soit plus important en Afrique».

L’énergie, les finances et les échanges commerciaux sont les secteurs qui seront évoqués lors du forum Russie-Afrique, en plus de la lutte contre le terrorisme et des autres domaines, a précisé le diplomate.

En 2018, les échanges russes avec le continent s'élevaient à 20 milliards de dollars, une somme en hausse de 17,2% par rapport au volume des échanges commerciaux de 2017. En trois ans, les exportations russes vers l'Afrique ont doublé, représentant ainsi 4% de l'ensemble de ses exportations, contre 1% il y a cinq ans.

Les échanges entre l’Algérie et la Russie

Les échanges entre la Russie et l'Algérie ont augmenté de 18% en 2018 pour dépasser à 4 milliards de dollars, en dehors de la coopération technico-militaire.

D'après les statistiques du Service fédéral des douanes (FTS) russe, au cours des neuf premiers mois de 2018, la Russie a livré pour 2,3 milliards de dollars de marchandises en Algérie, et en a importé 8,2 millions de dollars.

Les principaux produits russes exportés vers Algérie sont les moyens de transport et les équipements (36%), les produits métallurgiques (10%), les produits agricoles (6,2%) et les matières premières minérales (5%).

L'Algérie vend principalement à la Russie des produits agricoles, qui représentent près de 90% des exportations algériennes entre janvier et septembre 2018.

Lire aussi:

Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Un syndicat de police s’amuse d’une intervention violente et outre les internautes – vidéo
Tags:
coopération scientifique, coopération culturelle, coopération économique, accord de coopération, coopération militaire, coopération, Afrique, Russie, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook