Maghreb
URL courte
Par
4711050
S'abonner

Le Maroc est résolument décidé à développer sa propre recherche scientifique et industrie militaires, indique un rapport officiel. Le pays a déjà conclu des accords d’achat de brevets d’inventions, envisage d’exiger de ses fournisseurs de transférer la technologie à son armée et de créer des entreprises dans le royaume.

Conformément à la direction insufflée par le roi Mohammed VI lors de la célébration du 63e anniversaire de la création des Forces armées royales (FAR), le gouvernement marocain a décidé de se lancer dans l’industrie militaire, indique un rapport conjoint des ministères des Affaires étrangères et de la Défense nationale, cité par le site d’information Le 360.

Le rapport précise que le ministre délégué chargé de l’Administration de la Défense nationale, Abdellatif Loudiyi, a révélé que le Maroc cherchait à développer la fabrication et l’entretien de matériels militaires.

Afin de mettre en œuvre son plan, le royaume chérifien va exiger de tout fournisseur d’armements de s’engager à transférer aux FAR la technologie de fabrication de matériels et d’équipements militaires, explique le ministre dans le même document. Les fournisseurs seront également tenus de créer des sociétés d’armements au Maroc ou d’investir dans d’autres domaines, poursuit le responsable.

Par ailleurs, le rapport annonce que Rabat a déjà signé des accords d’achat de brevets d’inventions d’armes de défense auprès d’entreprises militaires européennes, russes, chinoises et indiennes.

Mohammed VI fixe le cap

Auparavant, le souverain chérifien avait appelé à passer à l’étape de l’industrialisation militaire, de la recherche scientifique et de l’auto-développement des industries de défense dans le cadre de partenariats africains et internationaux.

Dans ce sens, l’Espagne, le Royaume-Uni et le Brésil ont officiellement exprimé leur désir de créer des entreprises d’armements dans le royaume chérifien.

Le Maroc s’est déjà lancé depuis quelques années dans la fabrication de munitions et de certains armements, et a également créé des bases de maintenance de matériels militaires, rapporte le quotidien arabophone Al Ahdath Al Maghribia.

Le royaume augmente son budget 2020

Dans le cadre du projet de loi de finances 2020, le gouvernement marocain a décidé d’augmenter le budget alloué à la Défense nationale de près de 30% par rapport à l’année 2019, rapporte la presse locale. En 2020, la part des dépenses militaires nationales représentera environ 4,5% du PIB national.

Ainsi, le budget 2020 des FAR atteindra 4,25 milliards d’euros (contre 3,3 milliards en 2019), soit une augmentation de 29%. De plus, le ministère de la Défense nationale est autorisé en cas de besoin à puiser dans le fonds d’engagement par anticipation pour les dépenses d’acquisitions prévues dès 2021. Il est doté de 10,35 milliards d’euros.

Dans le cadre de ce budget, d’importants contrats d’armements seront signés. En effet, selon le site d’information Bladi.net, des hélicoptères Apache, «probablement 24 unités, pour une livraison à partir de 2024», 12 hélicoptères de transport léger, 24 hélicoptères de transport tactique, un avion de guerre électronique, une batterie Patriot Pac3 américaine et 25 nouveaux F-16 seront acquis. La Marine royale profitera également de ces achats, précise le média, puisque la flotte des patrouilleurs et la chaîne de radars et des moyens de détection aériens et côtiers seront renforcées.

Le Maroc cherche à créer une industrie militaire afin de réduire la lourde facture d’achat d’armes et d’équipements militaires.

Lire aussi:

Deux fois moins de nouveaux cas en 24h comparativement à la veille en France
Le ministre français du Commerce commente l'appel d'Erdogan à boycotter les produits français
Pour vaincre l’islamisme, faut-il sortir de la CEDH? À droite, certains plaident pour la rupture
Tags:
politique industrielle, industrie de défense, industrie, Forces armées royales (FAR), Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook