Maghreb
URL courte
482
S'abonner

L’Algérie, l’Iran, l’Égypte, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite ont été classés les derniers sur un total de 58 pays par l’indice MasterCard des femmes entrepreneurs pour l’année 2019. La culture et les préjugés sociaux sont les principales raisons pointées par ce rapport.

MasterCard a publié mercredi 20 novembre les résultats 2019 de son Indice des femmes entrepreneurs (MasterCard Index of Woman Entrepreneurs) effectué sur 58 pays. Cet indice classe, entre autres, ces pays en fonction du pourcentage d’entreprises détenues par des femmes relativement au nombre total de société existantes.

Ainsi, il en ressort que l’Algérie, l’Iran, l’Égypte, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite sont respectivement les cinq États qui clôturent la liste des pays concernés par l’étude effectuée par cet indice.

A contrario, les pays qui occupent les cinq premières places sont l’Ouganda, le Ghana, le Botswana, les États-Unis et la Nouvelle-Zélande.

Les explications du rapport

«Le taux de participation extrêmement faible des femmes au marché du travail en Arabie saoudite, en Algérie, en Iran, en Égypte […] suggèrent des préjugés culturels ou sociétaux à l’encontre de la présence des femmes sur le marché du travail, ou la préférence pour les femmes d’occuper un rôle principal en tant que mères ou nourrices», explique le rapport de MasterCard.

Par ailleurs, l’étude affirme que d’un point de vu global, les résultats confirment que les femmes sont «capables de faire de nouvelles percées dans le monde des affaires». Elles enregistrent «des taux plus élevés de participation […] dans des marchés ouverts et dynamiques où le soutien aux PME et la facilité à faire des affaires sont élevés», a-t-elle ajouté.

Lire aussi:

Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec de la fièvre
La journée des câlins «dégénère» sur le plateau de TPMP d’Hanouna - vidéo
Alerte en Algérie après la réapparition du poisson lièvre
Tags:
entrepreneur, droits des femmes, Femmes Égalité, femmes, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik