Maghreb
URL courte
0 171
S'abonner

En décembre 2015, l'Office de la protection du consommateur du Québec a attaqué en justice la compagnie Royal Air Maroc pour avoir exigé des voyageurs des prix supérieurs à ceux annoncés sur le Net. La compagnie marocaine a plaidé coupable et devra payer une amende de 3.000 dollars canadiens.

Dans un communiqué publié sur son site officiel, l'Office de la protection du consommateur (OPC) du Québec a indiqué que la compagnie aérienne Royal Air Maroc avait reconnu sa culpabilité dans le procès relatif à une infraction commise en décembre 2015 par son service commercial.

«La compagnie nationale Royal Air Maroc a plaidé coupable […] à une accusation portée en vertu de la Loi sur la protection du consommateur», indique le communiqué.
La même source précise que «l’Office reprochait à ce transporteur aérien d’avoir exigé, en décembre 2015, un prix supérieur à celui annoncé sur son site Web pour des billets d’avion».

Ainsi, l’entreprise, dont le siège social est situé à Casablanca, «devra payer 3.000 dollars [2.000 euros, ndlr] d’amende», ajoute le même communiqué.

En conclusion, l’OPC explique «au Québec, il est interdit à tout commerçant, fabricant ou publicitaire d’exiger un prix supérieur à celui qui est annoncé». «Les commerçants sont donc tenus d’annoncer un prix "tout inclus", qui comprend tous les frais, à l’exception de sommes qui doivent, en vertu d’une loi provinciale ou fédérale, être perçues directement du consommateur pour être remises à une autorité publique», conclut-il.

Lire aussi:

Deux morts et plus de 160 blessés dans l'effondrement d’une tribune dans une synagogue près de Jérusalem - vidéos
Algérie: après plus d'un an de fermeture, les frontières rouvriront partiellement «début juin»
Israël fait face au rythme le plus élevé de roquettes jamais tirées vers son territoire, selon l'armée
Plusieurs blessés dans une attaque à la voiture bélier à Jérusalem-Est
Tags:
fraude fiscale, fraude, condamnation, Royal Air Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook