Maghreb
URL courte
Par
504485
S'abonner

Pour Marine Le Pen, la disparition du chef de l’état-major de l’armée algérienne «laisse craindre des troubles politiques et sociaux en Algérie». Ainsi, elle appelle à la vigilance quant au risque d’immigration en provenance d’Algérie.

Dans un message publié sur Twitter, la présidente du Rassemblement national (RN) s’est exprimée sur le décès du chef de l’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP) algérienne, le général du corps d’armée Ahmed Gaïd Salah.

​«La mort du chef d’état-major de l’armée Gaïd Salah, homme fort du régime algérien, laisse craindre des troubles politiques et sociaux en Algérie», écrit-elle.
Pour parer à cette hypothèse, Mme Le Pen suggère que «le principe de précaution oblige à suspendre tous les accords facilitant l’immigration en provenance d’Algérie!»

Le général Gaïd Salah est décédé lundi 23 décembre suite à une attaque cardiaque. Il a été remplacé par le général major Saïd Chengriha, commandant des forces terrestres, qui assure l’intérim, informe un communiqué de la présidence de la République.

Qui est le nouveau chef de l’ANP?

Né le 1er août 1945 à El Kantara, dans la wilaya (région) de Biskra, dans l’est de l’Algérie, Saïd Chengriha suit une formation d’officier de blindé puis les cours d’état-major à l’académie russe de Vorochilov dans les années 70. Il est promu au grade de général major en 2003, indique le site d’information militaire Menadefense.

Selon le média, le général Chengriha commande ensuite un bataillon de chars de la 3e région militaire, avant de devenir chef d’état-major de la 8e brigade blindée. Il occupe après le poste de chef d’état-major de la 8e division blindée à Teleghma dans la 5e région militaire, puis commande la 8e division blindée à Sidi Bel Abbès, en 2e région militaire. Il participe à la guerre du Kippour en 1973, part sur le front dans le Sinaï, en Égypte, au sein d’un bataillon détaché par la 8e brigade blindée.

En août 2003, il est nommé au poste de commandant en chef «de la très sensible» troisième région militaire à Béchar, dans le sud-ouest de l’Algérie, à la frontière avec le Maroc.

Dans le cadre de la réorganisation du haut commandement de l’ANP en août 2018, Saïd Chengriha est nommé au poste de commandant de l’armée de terre en remplacement du général major Ahcène Tafer.

Selon Menadefense, l’actuel chef de l’ANP est un «stratège militaire».

«Il a très longtemps travaillé à la sécurisation de la frontière ouest de l’Algérie et a accompagné les changements stratégiques qu’a connus l’ANP à partir de 2010, tel que le redéploiement vers les frontières est et sud [en raison de l’aggravation de la situation sécuritaire, notamment au Sahel, après la guerre lancée par l’Otan à l’initiative de la France en 2011 contre la Libye, ndlr]».

Lire aussi:

Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
La mère de trois enfants saute dans un étang gelé pour sauver un chien – vidéo
Tags:
crise politique, Armée nationale populaire algérienne (ANP), Marine Le Pen, Ahmed Gaïd Salah, migration, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook