Maghreb
URL courte
4159
S'abonner

Pour rétablir son équilibre financier, la compagnie aérienne Tunisair devrait licencier 4.800 employés, soit 61% de sa masse salariale, a affirmé le PDG de la société qui précise que, suivant les normes internationales, Tunisair employait 250% de salariés en «surplus d’effectifs».

Lors de l’assemblée générale ordinaire de la compagnie aérienne tunisienne Tunisair, tenue mercredi 8 janvier à Tunis, Elyes Mnakbi, PDG de l’entreprise, a affirmé qu’il était nécessaire de licencier plus de 60% des employés pour éviter la faillite, a rapporté la presse locale.

Ainsi, le responsable a indiqué que sur les 7.800 salariés que compte l’entreprise, 4.800 devraient être licenciés, soit 61% des employés, pour permettre à Tunisair de rétablir son équilibre financier à court terme.

Il a par ailleurs expliqué que la compagnie possédait 28 aéronefs avec une moyenne de 280 employés par avion, tandis que les normes internationales exigent un maximum de 80 employés par avion, soit un surplus de 250%.

Dans le même sens, le PDG a indiqué que, compte tenu de la situation financière de Tunisair, il était impossible que l’entreprise puisse supporter une masse salariale au-dessus de 3.000 employés, d’autant plus que les salaires actuels sont élevés par rapport à ses possibilités effectives.

En décembre, le ministre chargé des Grandes réformes auprès du chef du gouvernement, Taoufik Rajhi, avait déjà tiré la sonnette d’alarme quant à la situation financière de Tunisair, affirmant qu’il fallait au moins un milliard de dinars (près de 320 millions d’euros) pour sa restructuration.

Lire aussi:

Une meute de loups dévore un chien et oblige un homme à grimper dans un arbre en centre-ville – vidéo choc
Après son tweet sur Macron au théâtre, Bouhafs dit avoir «une vidéo terrible» du couple en fuite
Cette simple opération mathématique divise les internautes car deux réponses seraient correctes
Tags:
restructuration d'une dette, restructuration, licenciement, équilibre budgétaire, faillite, Tunisie, Tunisair
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik