Maghreb
URL courte
8416
S'abonner

L’Algérie et l’Italie ont des visions «convergentes» concernant une résolution politique et pacifique de la crise libyenne, ont affirmé les chefs de la diplomatie des deux pays à Alger.

Dans une conférence de presse conjointe tenue jeudi 9 janvier, à Alger, le ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio, en visite depuis la veille dans le pays, et son homologue algérien Sabri Boukadoum ont affirmé que les positions des deux pays sur le dossier libyen étaient «convergentes».

Ainsi, le chef de la diplomatie italienne a fait part de «la convergence [ente les deux pays, ndlr] sur la nécessité de la solution pacifique en Libye», a rapporté le site d’information ALG24. L’Italie demeurera «l’amie du peuple algérien et de son gouvernement» et travaillera aux côtés de l’Algérie dans tous les domaines notamment la lutte contre le terrorisme, a-t-il ajouté.

Pour sa part, Sabri Boukadoum a affirmé que «la coordination entre l’Algérie et l’Italie était très bonne au sujet de la situation en Libye».

Après avoir reçu les ministres des Affaires étrangères de la Turquie et de l’Italie, le Président Abdelmadjid Tebboune a accordé une audience au chef de la diplomatie égyptienne également sur la situation en Libye. L’Algérie a réaffirmé son soutien à une solution politique pacifique loin de toute ingérence étrangère.

La Turquie a annoncé dimanche 5 janvier le déploiement d'experts militaires et d'équipes techniques en Libye à la demande de Fayez el-Sarraj, le chef gouvernement d'union nationale (GNA).

L’Algérie, la Tunisie, l’Égypte, l’Union européenne, l’Italie, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne dénoncent le déploiement militaire turc en Libye et appellent Ankara à mettre un terme à son intervention.

Lire aussi:

Une jeune femme violée dans le métro parisien, son agresseur déjà arrêté 11 fois pour des infractions sexuelles
Scènes de violences urbaines à Lyon entre la police et des habitants d'un quartier – vidéos
«Ça ne suffit pas»: les autorités exhortent les soignants à se faire vacciner «très rapidement»
Après le Covid, le chaos social? Le FMI s'inquiète pour la France
Tags:
crise libyenne, Italie, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook