Maghreb
URL courte
32015
S'abonner

En raison d’une dette impayée envers un fournisseur d’huile, le bateau de fret algérien Constantine est retenu par les autorités portuaires belges à Anvers, a indiqué un responsable algérien qui précise qu’il s’agit d’«une pratique courante».

La Belgique retient au port d’Anvers, à titre conservatoire et depuis le 22 décembre, le navire de fret maritime Constantine appartenant à la Compagnie nationale algérienne de navigation (CNAN-Nord) en raison d’une créance impayée, a déclaré Smaïn Larbi Ghomri, directeur général du Groupe algérien de transport maritime (GATMA), cité par l’Algérie Presse Service (APS).

​«C’est une pratique courante pour tous les types de compagnies maritimes à travers le monde qui doivent s’acquitter d’une créance auprès d’un port étranger ou un fournisseur dans les limites des modalités de paiement», a affirmé le responsable.

Selon lui, le bateau sera libéré dès le paiement de la dette envers le fournisseur d’huile. Par ailleurs, il a ajouté que «les procédures bancaires sont administratives et un peu lentes compte tenu du contexte actuel». «Nous sommes dans l’attente de l’accord de la banque pour la finalisation des procédures de paiement de la créance envers l’opérateur économique étranger», a-t-il expliqué.

L’APS indique qu’un second navire, le Titteri, était, quant à lui,  bloqué au port de Marseille, en France, pour des raisons de maintenance. Il a été remis en service vendredi 10 janvier au terme de 21 jours d’arrêt. Il se trouve actuellement en opération commerciale au port de Bejaïa, dans le nord-est de l’Algérie.

Lire aussi:

Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
Tags:
cargaison, bateau, Anvers, Belgique, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook