Maghreb
URL courte
306102
S'abonner

Oumaïma, 17 ans, a échappé in extremis à une mort certaine après avoir été séquestrée, violée et torturée pendant trois semaines par 20 personnes dans les environs de Casablanca, rapporte la presse locale.

Une Marocaine de 17 ans a été kidnappée à Casablanca, puis torturée et violée par une vingtaine de personnes dans les environs de la ville, rapporte la presse locale. Ses bourreaux ont même tenté de la tuer en lui faisant ingurgiter des substances toxiques, ajoutent des médias.

Le site d’information Yabiladi indique que la fille a subi ces supplices pendant 20 jours. Elle se trouve actuellement dans un état psychologique extrêmement fragile et souffre de sévères séquelles physiques.

La mère de la victime témoigne

Dans une déclaration au média Le Site Info, la mère de la victime raconte que sa fille «a été blessée à coups de couteau et obligée d’ingurgiter des substances toxiques qui devaient la tuer». Selon elle, son enfant a réussi à s’évader grâce à l’un de ses ravisseurs.

«Cet individu était venu sur les lieux pour la violer également, mais il a fini par céder à ses supplications et l’a aidée à prendre la fuite», précise dans une déclaration au site d’information Al Oumq le président de l’association Sayidat [Femmes, en arabe, ndlr] Walid Benslima qui mène une action de soutien matériel et psychologique pour la victime. «Elle souffre d’une crise psychologique aiguë, sa famille n’est pas autorisée à la voir», souligne-t-il.

Oumaïma est actuellement hospitalisée au Centre hospitalier universitaire Ibn Rochd de Casablanca.

Une enquête de la police est toujours en cours pour arrêter les mis en cause et les déférer devant un juge.

Lire aussi:

Tensions et gros incendie aux abords de la gare de Lyon à Paris - vidéos
Litres d’eau, nourriture: quels produits acheter et stocker en cas de pandémie?
Un «tueur de chiens» vivant dans l’eau découvert sur une plage australienne - photo
Le nombre d'infectés au coronavirus augmente encore en France, frôlant la soixantaine
Tags:
Ligue des droits de l'Homme (LDH), Journée internationale des femmes, droits des femmes, kidnapping, viol, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook