Maghreb
URL courte
6132
S'abonner

L’instituteur visé par une enquête de la gendarmerie marocaine dans l’affaire de la fille de huit ans agressée à l’école de Taroudant a été finalement reconnu coupable et condamné à 10 ans de prison, dont six fermes, et à une amende de 3.800 euros, indique la presse locale.

Dans l’affaire de l’agression d’une fillette de huit ans dont la photo diffusée sur le Net a suscité une vive indignation au Maroc, l’instituteur mis en cause a finalement été arrêté et condamné à de la prison ferme, rapporte la presse locale. En effet, d’autres élèves ont témoigné contre lui, affirmant avoir été également violentés.

Ainsi, selon le site d’information Le 360, après établissement par le procureur du roi des preuves inculpant l’instituteur de Taroudant, dans le sud-ouest du Maroc, il a été condamné lundi 27 janvier à 10 mois de prison, dont six fermes. La peine d’emprisonnement a été assortie d’une amende de 40.000 dirhams (3.800 euros) au profit de la victime, ajoute la même source.

Des sanctions disciplinaires

Dans un communiqué adressé à la presse locale, la Direction régionale du ministère de l’Éducation nationale de la ville de Taroudant annonce qu’elle «prendra toutes les mesures disciplinaires nécessaires s’il s’avérait que l’un de ses cadres était responsable des faits».

L’enfant de huit ans, scolarisée en deuxième année d’école primaire, a été violemment agressée vendredi 10 décembre 2019 par son instituteur pour ne pas avoir fait ses devoirs.

La photo de son visage amoché a fait le tour des réseaux sociaux et a suscité une forte indignation.

Lire aussi:

Déluge de feu en terre sainte: dans l’escalade, Israël et la Palestine peuvent compter sur leurs alliés
Le bilan journalier des nouveaux cas en France plus de cinq fois plus élevé que la veille
«Le dernier rempart de la paix civile est en train de céder», s’inquiète Philippe de Villiers
Le «champignon noir»: ce redoutable inconnu qui s’attaque aux patients rétablis du Covid
Tags:
école primaire, école, violence domestique, violences, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook