Maghreb
URL courte
Par
21311
S'abonner

Le roi Mohammed VI a accordé sa grâce à 201 détenus subsahariens condamnés pour des délits dans le royaume chérifien, indique le ministère de la Justice qui précise que le souverain a pris cette décision «pour des raisons humanitaires».

Deux centaines de détenus subsahariens condamnés par différents tribunaux du Maroc ont été graciés par le roi Mohammed VI, indique un communiqué du ministère marocain de la Justice relayé par l’agence officielle Maghreb Arabe Presse (MAP).

Ainsi, le souverain chérifien a gracié 201 détenus subsahariens, précise la note, ajoutant que «cette […] grâce s’inscrit dans le cadre d’une approche […] humanitaire au profit des détenus âgés ou souffrant de maladies».

Par ailleurs, le ministère de la Justice explique que cette grâce royale est aussi «un encouragement pour ceux qui ont fait preuve de bonne conduite durant la période d’exécution de leur peine en respectant les lois et les normes mises en vigueur, et qui répondent favorablement aux programmes de réadaptation et de réinsertion».

Enfin, le ministère précise que «toutes les mesures nécessaires ont été prises pour faciliter les opérations de leur retour à leurs pays».

La politique d’intégration des migrants au Maroc

La grâce du souverain chérifien intervient suite au lancement il y a plusieurs années au Maroc d'une politique de régularisation et d’intégration des migrants, dont des subsahariens.

Ainsi, lors d’une conférence de presse tenue mercredi 30 octobre à Rabat, le président du Haut-Commissariat au Plan (HCP) marocain Ahmed Lahlimi a affirmé que son pays avait mené deux opérations de régularisation de migrants entre 2014-2015 et 2016-2017. La première a permis de régulariser plus de 23.000 migrants, a-t-il indiqué. Au cours de la deuxième, plus de 28.000 demandes ont été déposées, a-t-il ajouté, sans pour autant préciser le nombre de personnes qui ont reçu une réponse favorable.

Depuis que le royaume chérifien est devenu une destination privilégiée pour des milliers de migrants, notamment subsahariens et arabes, venus soit de leur plein gré à la recherche d’un avenir meilleur soit contraints par les conditions économiques ou politiques difficiles dans leur pays, Rabat a mis en place de nouveaux mécanismes pour leurs assurer une intégration complète, indique le rapport 2019 du HCP sur l’état de la démographie dans le royaume chérifien.

Le Maroc a entrepris un vaste chantier de réformes et d’adaptation de sa stratégie nationale pour l’immigration et l’asile (SNIA) aux nouvelles conditions migratoires dans le pays. Sans distinction, sa stratégie vise à assurer une meilleure intégration de tous les migrants (irréguliers, régularisés, les réfugiés et les demandeurs d’asile et toute personne étrangère en situation de vulnérabilité au Maroc) et une meilleure gestion des flux migratoires «dans le cadre d’une politique cohérente, globale, humaniste et responsable», précise ce même document.

Selon un recensement effectué en 2014, 84.000 étrangers résident au Maroc, soit 0,25% de l’ensemble de la population marocaine.

Lire aussi:

Alexandre Benalla hospitalisé à Paris
Une explosion suivie d'un incendie dans le sud du Liban aurait fait des blessés – images
Nagui accusé d’être le responsable des mutilations de chevaux
«Deuxième vague» de coronavirus: réalité ou psychose?
Tags:
Maroc, le trafic de migrants, passeurs de migrants, migrants économiques, trafic de migrants, enfants migrants, camp de migrants, migrants
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook