Maghreb
URL courte
144538
S'abonner

Une Marocaine a été condamnée à six mois de prison ferme pour s’être mariée avec trois hommes sans divorcer au préalable avec les deux premiers, rapporte la presse locale.

Une immigrée marocaine en Espagne a été condamnée à de la prison ferme par le tribunal de première instance de Fès, au Maroc, pour avoir épousé illégalement trois hommes, relate la presse locale.

En effet, mère d’une fillette de son premier mariage contracté trois ans plus tôt, la prévenue s’était séparée de son mari sans divorcer administrativement. L’histoire s’est répétée lors de son deuxième mariage avec un immigré marocain lors duquel elle aurait fourni un faux document attestant de son célibat. Elle l’a également quitté sans divorcer officiellement.

Dénoncée par son troisième mari

Le site d’information Baldi.net indique que la mise en cause a été dénoncée à la police par son troisième mari, également résidant à l’étranger, qui a porté plainte contre elle au Maroc pour mariages multiples. Suite à l’enquête ouverte par les services de police, des preuves accablant la femme ont été rapidement mises en évidence.

Selon le média, la mise en cause a été interpellée à son retour au Maroc. Le quotidien arabophone Assabah affirme que lors de son interrogatoire par la police marocaine, la prévenue a reconnu les faits qui lui étaient reprochés. Déférée devant le tribunal, elle a été accusée de fraude, d’escroquerie et d’obtention de certificat administratif à travers la présentation de données mensongères.

À l’issue de son procès, le tribunal de première instance de Fès l’a condamnée à six mois de prison ferme, précise Bladi.net.

Lire aussi:

Coups de feu lors d’une course-poursuite à Paris: trois personnes arrêtées
Un destroyer américain viole la frontière russe près de Vladivostok
Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Une frégate allemande arraisonne un navire turc faisant route vers la Libye - vidéo
Tags:
faux papiers, contrat de mariage, mariage forcé, mariage, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook