Maghreb
URL courte
Par
2130
S'abonner

Les médias électroniques en Algérie seront juridiquement «régularisés» et traités sur le même piédestal que la presse écrite, indique un communiqué de la présidence de la République. Le ministère de la Communication a informé Sputnik que le chef de l’État venait de lancer une réflexion sur ce secteur dont les contours seront dévoilés bientôt.

Le Président algérien Abdelmadjid Tebboune a demandé au gouvernement de prendre toutes les mesures pour régulariser les médias électroniques et leur réserver le même traitement que la presse écrite nationale dans la couverture des événements dans le pays, rapporte une note de la présidence de la République relayée par l’agence officielle Algérie Presse Service (APS).

«Le Président de la République M.Abdelmadjid Tebboune a instruit mardi le Premier ministre de procéder à la régularisation de la situation juridique des journaux électroniques domiciliés en Algérie», annonce le communiqué de la présidence de la République.
Ainsi, «ces médias seront traités au même pied d'égalité que la presse nationale écrite en matière de couverture des activités nationales et officielles et d'accès à la publicité publique, et ce dans le strict cadre de la loi et de la déontologie de la profession», conclut la note.

Des sites d’informations bloqués en Algérie

Depuis le début du mouvement de contestation populaire (Hirak) du 22 février en Algérie, plusieurs sites électroniques d’informations ont été bloqués par les autorités. Ainsi, Tout sur l’Algérie (TSA), Observ’Algérie, Algerie Patriotique et Inter-Lignes ne sont plus accessibles dans le pays, sauf via un VPN ou un site Proxy.

Selon les dirigeants de ces médias électroniques, les autorités (opérateurs de téléphonie, mobile ou fixe, autorité de régulation) ne leur ont fourni aucun justificatif. Le Syndicat algérien des éditeurs de la presse électronique (Saepe) a dénoncé le 19 juin 2019 des «entraves» à l’exercice du métier d’informer.

Contacté par Sputnik, le ministère algérien de la Communication a affirmé que par cette décision, le Président Tebboune venait d’ouvrir tout un chantier et une nouvelle réflexion sur la réorganisation du secteur de l’information et sa promotion dans le cadre du respect des libertés démocratiques conformément aux lois en vigueur dans le pays et la charte de déontologie de cette profession. Plus de précisions quant au contenu de cette directive et aux médias concernés seront rendues publiques incessamment, a-t-il précisé.

Lire aussi:

L'ancien Président français Valéry Giscard d'Estaing est décédé
Une syndicaliste policière s’en prend en direct au patron de BFM TV, accusant la chaîne de «mensonge»
Télétravail, une bombe à retardement pour la compétitivité économique des entreprises françaises?
Agriculteur en colère: marre des «écolo-bobos donneurs de leçons»
Tags:
liberté de la presse, médias mainstream, médias étrangers, médias français, médias, Abdelmadjid Tebboune, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook