Maghreb
URL courte
Par
112813
S'abonner

La résolution du conflit du Sahara occidental a été au cœur du sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba où Alger a «déploré» le retard accusé dans la résolution de ce problème, alors que Rabat a rappelé la primauté du rôle de l’Onu sur la question.

Dans son allocution à l’ouverture du 33e sommet des chefs d’État membres de l'Union africaine (UA) dimanche 9 février à Addis-Abeba, en Éthiopie, le Président algérien Abdelmadjid Tebboune a «déploré le fait que la question du Sahara occidental n'ait toujours pas trouvé de règlement», a rapporté l’agence officielle Algérie Presse Service (APS). De son côté, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a réaffirmé la position de son pays selon laquelle l’Onu prévaut pour la résolution du conflit du Sahara occidental, selon l’agence Maghreb Arabe Presse (MAP).

«Depuis de longues années, l'Organisation des Nations unies et le Conseil de sécurité, appuyés par notre organisation continentale [l’UA, ndlr], s'emploient à la mise en œuvre du plan de règlement de la question du Sahara occidental basé sur le droit inaliénable du peuple sahraoui à l'autodétermination», a déclaré le Président algérien. Il a dans le même sens réaffirmé l'attachement de l'Algérie au «caractère immuable de la position africaine en faveur de la juste cause sahraouie et du parachèvement du processus de décolonisation en Afrique loin de toute manœuvre de tergiversation et de la politique du statu quo».

Tout en annonçant que le conflit du Sahara occidental est «la seule question de décolonisation en suspens en Afrique», le chef de l’État algérien a mis l’accent sur l’urgence d’une «solution qui garantisse le droit inaliénable du peuple sahraoui à l'autodétermination, à travers l'organisation d'un référendum libre et régulier conformément aux résolutions pertinentes de l'UA et de l'Onu».

Le Maroc réaffirme sa position quant au rôle de l’Onu

Pour sa part, le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita a réitéré la primauté de l’Onu pour trouver une solution à la question du Sahara occidental, indique la MAP.

Ainsi, il a affirmé que la position était claire depuis le départ, «à savoir que la question du Sahara marocain [occidental, ndlr] est entre les mains des Nations unies, qui demeure l’unique cadre pour trouver une solution à ce conflit conformément à la légalité internationale».

Dans ce sens, le chef de la diplomatie marocaine a relevé le fait que «le Président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, a confirmé, lors de la séance d’ouverture de ce sommet, l’exclusivité de l’Onu dans la résolution» du problème.

L’Union africaine

Dans son discours d’ouverture, M.Moussa Faki a déclaré que la question du Sahara occidental et de la crise en Libye «élargissaient les responsabilités» de l’organisation panafricaine dans le règlement de ces deux conflits, rapporte l’APS.

Aux défis globaux, «je voudrais ajouter deux questions spécifiques qui élargissent nos responsabilités à de nouvelles ardentes obligations, il s’agit de la question du Sahara occidental et celle du sort de la Libye», a-t-il souligné. «

Le Conflit du Sahara occidental reste le plus ancien conflit non résolu sur le continent et demeure une préoccupation tant pour le fonctionnement de notre organisation que pour les populations», a-t-il ajouté.

Lire aussi:

Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
Quand un chat «échange des mots» avec une souris – photo
Une soirée avec de l'eau de Cologne comme apéritif tourne au drame en Tunisie
Tags:
conflit au Sahara occidental, Sahara occidental, Commission de l'Union africaine (CUA), Union africaine (UA), Algérie, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook