Maghreb
URL courte
91416
S'abonner

La France a exporté 432.000 tonnes de blé tendre vers l’Algérie durant le mois de janvier 2020, indique la firme Refinitiv qui ajoute en outre que 420.000 tonnes ont été vendues au Maroc durant la même période.

L’Algérie et le Maroc demeurent des marchés très importants pour les céréaliers français qui ont exporté d’importantes quantités de blé tendre au mois de janvier, indique la firme de données financières Refinitiv, citée par l’agence Ecofin.

Ainsi, selon Refinitiv, l’Algérie qui est le premier client des producteurs français a importé 432.000 tonnes au titre du premier mois de l’année en cours.

Le Maroc a, quant à lui, acheté 420.000 tonnes de blé tendre de France, soit le plus haut niveau depuis six ans, selon la même source.

Des marchés prometteurs

Des experts cités par Ecofin ont fait part de leur optimisme quant aux possibilités qu’offrent les marchés algérien et marocain aux exportateurs français dans les prochains mois de l’année en cours.

En effet, Jean-Philippe Everling, directeur de Transgrains, entreprise de négoce de céréales sur le bassin méditerranéen, a affirmé dans une déclaration à Ecofin que l’Algérie pourrait avoir besoin d’acheter 1,5 million de tonnes de blé et le Maroc environ 600.000 tonnes pour les trois derniers mois de la campagne 2019-2020.

La concurrence russe

Alger et Rabat n’écartent pas l’idée de se tourner vers la Russie pour diversifier leurs fournisseurs en blé tendre.

En effet, le Maroc a supprimé en décembre 2018 les droits de douane sur les importations de blé russe. À cet effet, la Russie a exporté durant les sept derniers mois de la saison dernière 377.000 tonnes de blé tendre vers le royaume chérifien.

L’Algérie, de son côté, a reçu en mai 2018 un lot de blé en provenance de Russie pour les analyses de qualité.

Lire aussi:

L’incident avec la marine russe près de la Crimée filmé depuis le destroyer britannique – vidéo
Tensions navales au large de la Crimée: à quoi jouent les Britanniques?
Au Québec, les mesures sanitaires poussent des expats français à partir, «mais surtout pas en France!»
Tags:
indépendance, dépendance, exportations, blé
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook