Maghreb
URL courte
Par
152922
S'abonner

Un eurodéputé espagnol a estimé que les lois marocaines délimitant les frontières maritimes étaient une atteinte «contre l’intégrité territoriale» de son pays. Il a ainsi appelé Bruxelles à intervenir pour faire face à la position du royaume chérifien.

Dans une intervention mardi 11 février lors d’une séance plénière au Parlement européen, l’eurodéputé du Parti Populaire (PP) espagnol Gabriel Mato a dénoncé la décision prise en janvier par le Maroc concernant la délimitation de ses frontières maritimes. Il a appelé la Commission européenne à s’opposer au projet marocain qui, selon lui, affecte «les intérêts de l’Espagne», notamment dans la zone des Îles Canaries, a rapporté l’agence officielle espagnole EFE.

«Nous sommes face à une attaque contre l’intégrité territoriale d’un État membre de l’Union européenne», a déclara l’eurodéputé. «Les intérêts de l'archipel [des Îles Canaries, ndlr] et de l'Espagne peuvent être sérieusement compromis», a-t-il ajouté.

En réponse à Josep Borrell

Après l’adoption par le Parlement marocain des deux projets de lois délimitant les frontières maritimes du royaume chérifien, le haut représentant pour les affaires extérieures de l'Union européenne, Josep Borrell, avait déclaré fin janvier dans une conférence de presse à Berlin qu’il avait «confiance en ce que les ministres des Affaires étrangères de l'Espagne et du Maroc pourraient résoudre, entre eux, le conflit de délimitation des frontières maritimes».

«Je suis certain que l'Espagne et le Maroc seront en mesure de résoudre ce problème au niveau bilatéral. Si ce n'est pas le cas, nous verrons quoi faire», avait-il affirmé.

Ainsi, M.Mato a réagi à ces propos en récusant le fait que ce différend soit «une affaire mineure» et «un problème bilatéral» entre le Maroc et l’Espagne. «L’Union européenne ne peut l’admettre car cela affecte, sans nul doute, la compétence de l’Espagne sur ces eaux», a-t-il souligné.

L’Espagne et le Maroc optent pour le dialogue

Le Maroc a intégré le 22 janvier 2020 les eaux du Sahara occidental à son espace maritime en votant deux lois qui «visent à réactualiser l'arsenal juridique national», avait indiqué le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, avant l'adoption des textes. Ces lois établissent la compétence juridique du Maroc sur l'espace maritime allant de Tanger, au nord, à Lagouira, à la frontière mauritanienne.

La ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez, a reconnu pour sa part que le Maroc avait «le droit de délimiter sa zone maritime internationale», tout en rappelant qu’il était important de le faire «en respectant les règles et normes de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer» en cas de «chevauchement» entre des zones maritimes.

En visite à Rabat, elle s’est entretenue avec Nasser Bourita deux jours après l'adoption par le Maroc des lois délimitant son espace maritime et intégrant les eaux du Sahara occidental.

Nasser Bourita a déclaré que cette délimitation était «un acte souverain» conforme au droit international, admettant qu’il pouvait y avoir des «chevauchements». «C'est pourquoi nous misons sur le dialogue», avait-il noté.

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Un homme tabassé par trois policiers à Paris, qui ont de plus menti dans leur rapport – vidéo choc
Ces 17 millions de Français seront prioritaires pour obtenir le vaccin anti-Covid
Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision
Tags:
ouverture des frontières, fermeture des frontières, zones transfrontières, gardes-frontières, frontière, eaux territoriales, Tribunal constitutionnel d'Espagne, Parti populaire d'Espagne (PP), Espagne, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook