Maghreb
URL courte
Par
8298
S'abonner

Le prince Tamim ben Hamad Al-Thani est arrivé mardi 25 février à Alger pour une visite officielle d’un jour, indique un communiqué de la présidence algérienne. Plusieurs événements ont précédé cette visite dont les enjeux s’avèrent importants pour les deux pays.

La présidence de la République algérienne a annoncé dans un communiqué relayé par l’agence officielle Algérie Presse service (APS) l’arrivée mardi 25 février du prince du Qatar Tamim ben Hamad Al-Thani pour une visite officielle d’un jour dans le pays. Celle-ci intervient cinq jours après la décision des autorités algériennes d’expulser le directeur général de la compagnie qatarie de téléphonie mobile Ooredoo-Algérie. Cette visite arrive également au moment où le général-major Saïd Chengriha, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP) par intérim, est en visite officielle depuis samedi 22 février aux Émirats arabes unis. Il y a lieu de rappeler que le roi d’Arabie saoudite avait adressé jeudi 6 février une invitation au Président Abdelmadjid Tebboune pour visiter le royaume.

«Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani a été accueilli à son arrivée […] par le Président […] Abdelmadjid Tebboune, en présence du ministre des Affaires étrangères Sabri Boukadoum et des hauts responsables de l'État», indique la note qui précise que «les deux parties auront des entretiens et un échange de vues sur les questions d'intérêt commun».

Ooredoo cherche à savoir pourquoi son DG a été expulsé

Dans un communiqué transmis dimanche 23 février à la presse, Ooredoo confirme l’expulsion du directeur général de sa filiale Algérie, l’Allemand Nicolaï Beckers, affirmant suivre «avec grand intérêt les motifs» de la décision des autorités du pays.

Le document précise que le conseil d’administration de l’entreprise «mène une enquête approfondie pour déterminer les raisons de la décision émise par les autorités algériennes» d’expulser M.Beckers.

Auparavant, des médias algériens, citant des sources proches du dossier, avaient annoncé l’expulsion du territoire national du directeur-général d’Ooredoo-Algérie sur décision des plus hautes autorités du pays qui n’auraient pas apprécié sa décision de procéder à une vague de licenciements parmi les cadres algériens.

Aucun commentaire officiel n’a encore été fait par les autorités algériennes concernant cette affaire.

La Libye, la pomme de discorde?

Le Qatar figure avec la Turquie parmi les soutiens du Gouvernement d’union nationale (GNA) libyen basé à Tripoli et dirigé par Fayez el-Sarraj. Après l’annonce d’Ankara d’envoyer des troupes en Libye, Alger a manifesté à plusieurs reprises son refus de toute ingérence étrangère dans ce pays.

De leur côté, les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et l’Égypte soutiennent le maréchal Khalifa Haftar, commandant de l’Armée nationale libyenne (ANL).

Dans un communiqué dont Sputnik s’est procuré une copie, le ministère algérien de la Défense nationale (MDN) annonce que sur invitation du général de corps d’armée Hamad Mohammed Thani Al Rumaithi, chef d’état-major des Forces armées émiraties, le général-major Saïd Chengriha a entamé depuis le 22 février 2020 une visite aux Émirats arabes unis «pour prendre part à la 4e édition de l’exposition "UMEX-2020" des systèmes télécommandés et à l’activité "simTEX-2020" des systèmes de simulation et d’entraînement, prévues du 23 au 25 février 2020 à Abou Dhabi».

Deuxième jour de visite de Monsieur le Général-Major, Chef d’Etat-Major de l’Armée Nationale Populaire par Intérim aux Emirats Arabes Unis
© Photo. Sputnik via le Ministère algérien de la Défense nationale (MDN)
Deuxième jour de visite de Monsieur le Général-Major, Chef d’Etat-Major de l’Armée Nationale Populaire par Intérim aux Emirats Arabes Unis

Jeudi 6 février, le Président Abdelmadjid Tebboune a reçu le ministre saoudien des Affaires étrangères, l'émir Fayçal Ben Farhane Al-Saoud, qui lui a remis une lettre du roi Salmane l'invitant à effectuer une visite au royaume d'Arabie saoudite, indique une note relayée par l’APS qui précise que le ministre a réaffirmé l'attachement de son pays «au développement de ces relations et à leur promotion à de plus hauts niveaux». Le chef de la diplomatie saoudienne a également relevé la «convergence» des vues des deux pays sur «plusieurs dossiers».

Quel rôle peut jouer Alger?

Trois jours après le sommet régional d’Alger sur la crise libyenne, le Président turc est arrivé le 26 janvier en Algérie dans le cadre d’une visite d’État de deux jours à l’invitation de son homologue Abdelmadjid Tebboune. Les relations bilatérales et la situation en Libye étaient au centre des entretiens entre les deux chefs d’État.

Deuxième jour de visite de Monsieur le Général-Major, Chef d’Etat-Major de l’Armée Nationale Populaire par Intérim aux Emirats Arabes Unis
© Photo. Sputnik via le Ministère algérien de la Défense nationale (MDN)
Deuxième jour de visite de Monsieur le Général-Major, Chef d’Etat-Major de l’Armée Nationale Populaire par Intérim aux Emirats Arabes Unis

À l’issue de leurs discussions, le Président algérien a fait état lors d’une conférence de presse conjointe d’une «convergence totale» entre les deux pays sur la nécessité de concrétiser une solution politique selon les conclusions de la conférence de Berlin sur la Libye, avait rapporté l’agence officielle Algérie Presse Service (APS).

Lire aussi:

Tensions dans le centre de Marseille où la police tente de disperser les manifestants - vidéos
Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Un homme de 75 ans en sang: les policiers de Buffalo démissionnent par solidarité avec leurs deux collègues suspendus
Engagement de GI en Tunisie: Washington accuse Moscou et tente de doubler Paris
Tags:
gouvernement libyen d'union nationale (GNA), Armée nationale libyenne (ANL), crise libyenne, Libye, Abdelmadjid Tebboune, Tamim ben Hamad Al-Thani, Qatar, ministère qatari des Affaires étrangères, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook