Maghreb
URL courte
9209
S'abonner

Un chauffeur de taxi clandestin qui a foncé sur une fourgonnette de la police à Casablanca, au Maroc, a été arrêté après une courte course-poursuite, indique un communiqué de la police marocaine. Une vidéo montrant le moment où il a percuté plusieurs fois le véhicule en question avant de s’enfuir a été publiée sur le Net.

Alors que la police marocaine tentait de l’arrêter, un chauffeur de taxi clandestin a intentionnellement et violemment percuté une fourgonnette de la police avant de prendre la fuite dans la zone Lissasfa à Casablanca. Il a été arrêté plus tard par la police, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) publié sur sa page Facebook. Une vidéo montrant le moment où il a endommagé la fourgonnette avant de s’enfuir circule sur les réseaux sociaux.

Ainsi, la DGSN explique dans un autre communiqué remis à la presse que le mis en cause a été interpellé par des policiers qui l’ont pris en flagrant délit de transport sans autorisation de passagers dans la zone Lissasfa à Casablanca, indique le site d’information Bladi.net. Dans sa tentative de prendre la fuite et d’échapper à la vigilance des policiers, le prévenu a intentionnellement percuté une fourgonnette de la Sûreté nationale, laissant sur son passage de lourds dégâts, peut-on constater sur la vidéo.

Le média précise que le chauffeur a été arrêté par la police judiciaire du district de sûreté de Hay Hassani à Casablanca, après une courte course-poursuite.

Le mis en cause a été placé en garde à vue. Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances de cette affaire.

Lire aussi:

Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Armement: éprouvé au combat, le canon CAESAR de Nexter a séduit la République tchèque
Justin Trudeau, un genou à terre avec des manifestants contre le racisme - images
Tags:
course-poursuite, fuite, Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) marocaine, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook