Maghreb
URL courte
71418
S'abonner

Un élève d’un lycée de la ville de Taroudant, dans le sud-ouest du Maroc, a été incarcéré mercredi 4 mars pour avoir «agressé sauvagement» son professeur de mathématiques, lui assenant «plusieurs coups au visage et au thorax» à la sortie de l’établissement, indique le site barlamane.com.

Un lycéen a été placé sous mandat de dépôt au Maroc pour avoir violemment agressé son professeur de mathématiques, rapporte le site d’information barlamane.com.

​Le média précise que l’agression a eu lieu jeudi 27 février à la sortie d’un lycée de la ville de Taroudant, dans le sud-ouest du Maroc. Ce comportement, le «premier du genre» dans cet établissement, a provoqué une «grande émotion parmi les collègues, les élèves et les parents d’élèves», souligne le site.

Agressé sous les yeux de ses élèves

L’agresseur s’en est pris à son professeur en la présence de ses camarades de classe qui ont tenté, en vain, de l’arrêter, affirme barlamane.com qui précise que l’enseignant a été «agressé sauvagement» par son élève qui lui a porté «plusieurs coups au visage et au thorax».

Après l’intervention de la police, le professeur a été évacué à l’hôpital. Le rapport médical note qu’il présente des hématomes et des contusions, raison pour laquelle il s’est vu prescrire une incapacité totale de travail (ITT) de plusieurs jours.

L’élève a été incarcéré mercredi 4 mars sur ordre du parquet général. Il est poursuivi pour «violences aggravées» et devrait bientôt comparaître devant un juge d’instruction, indiquent des sources judiciaires citées par le média.

Lire aussi:

Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Un glacier de 500.000 mètres cubes risque de se détacher du Mont Blanc, évacuation en cours
Au moins 16 fonctionnaires du port de Beyrouth, dont le directeur, en détention
La une du Monde sur Beyrouth avec une illustration du caricaturiste Plantu provoque un tollé
Tags:
mandat de dépôt, professeur, agression, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook