Maghreb
URL courte
5127
S'abonner

Alors que le juge d’instruction de la Cour d’appel de Casablanca lui demandait quels étaient les mobiles de son acte, la femme qui a jeté en octobre 2019 ses trois enfants du toit de son domicile s’est contentée de «verser quelques larmes» avant de déclarer qu’«elle en avait plus le souvenir», rapporte Bladi.net.

La Marocaine de 33 ans qui a jeté le 13 octobre 2019 ses trois enfants du toit de son domicile de cinq étages à Casablanca, au Maroc, était jugée lundi 16 mars à la Cour d’appel de la ville, relate le site d’information Baldi.net. Au cours de l’audience, l’accusée a expliqué son acte au juge d’instruction qui a évoqué «des arguments étranges».

​Ainsi, le média affirme que la mise en cause, poursuivie pour tentative d’homicide volontaire, a porté à la connaissance du juge qu’elle avait été «victime de violences conjugales et vivait dans une angoisse chronique, suite aux scènes de ménage quotidiennes».

«Plus de souvenirs»

Interrogée sur le mobile de son acte, l’accusée a murmuré au juge qu’«elle en avait plus le souvenir» après avoir «versé quelques larmes devant la Cour».

Bladi.net souligne par ailleurs que les résultats de l’enquête sociale diligentée par la Cour ont révélé que la mère des trois enfants avait eu une enfance difficile après avoir été abandonnée par sa mère en bas âge. Sa grand-mère et sa tante l’ont élevée et ne l’ont jamais inscrite à l’école, précisent-ils.

L’audience a été reportée au 6 avril, informe le média.

Les trois enfants âgés d’un, six et huit ans ont survécu à ce drame après leur prise en charge à l’hôpital Harrouchi de Casablanca.

Lire aussi:

Erdogan: il est temps de mettre fin à «l'occupation» du territoire azerbaïdjanais par l'Arménie
Pour le Kremlin les tensions dans le Haut-Karabagh sont une «préoccupation sérieuse»
L’Azerbaïdjan a lancé des systèmes de lance-roquettes lourds dans la bataille, assure l’Arménie
Tags:
enfants handicapés, morts d’enfants, enfants tués, enfants, action en justice, demande en justice, Droit et justice, justice, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook