Maghreb
URL courte
Par
6374
S'abonner

En ce 58e vendredi depuis le début du Hirak, les Algériens ont scrupuleusement respecté les consignes d’hygiène et de confinement sanitaire décidées par le Président Tebboune pour lutter contre le Covid-19. Toutes les villes d’Algérie, y compris la capitale, étaient désertes comme à en juger par les images publiées sur les réseaux sociaux.

Pour la première fois depuis le début du Hirak, le 22 février 2019, les rue de la capitale Alger et de toutes les autres villes du pays étaient désertes ce vendredi 20 mars en raison du risque de propagation de l’épidémie du coronavirus. Mardi 17 mars, le Président Abdelmadjid Tebboune avait en effet annoncé l’interdiction de toutes les marches et rassemblements, ainsi que la fermeture des mosquées. Des photos et des vidéos des rues les plus prisées d’habitude par les manifestants ont été diffusées sur les Net.

Toutes les grandes avenues menant à la place de la Grande Poste à Alger paraissent complètement vides.

Une vidéo tournée à Tizi Ouzou, réputée comme très engagée dans le mouvement du Hirak, présente une ville déserte.

Le dernier bilan publié ce vendredi 20 mars par le ministère algérien de la Santé fait état de 49 malades actuellement hospitalisés, 32 cas de guérison et neuf décès.

L'armée a été dépêchée dans des villes marocaines pour faire respecter l'état d'urgence sanitaire

Lire aussi:

Au moins deux morts et plus d'une dizaine de blessés en Allemagne où une voiture a heurté des piétons - images
Ces armes russes qui font de l’Algérie une puissance militaire régionale
Cette photo prise dans une unité Covid-19 devient virale
Un homme battu à mort dans une cité de Marseille
Tags:
Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19, Hirak, Abdelmadjid Tebboune, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook