Maghreb
URL courte
Par
0 48
S'abonner

La situation des étrangers présents au Maroc et celle des migrants qui vivent dans des campements inquiète l’ONG GADEM qui appelle le gouvernement à prendre en compte leurs conditions de vie précaires dans le contexte de l’épidémie du coronavirus.

Avec l’état d’urgence sanitaire décrété par le gouvernement marocain pour lutter contre la propagation de l’épidémie du Covid-19, le Groupe antiraciste d’accompagnement et de défense des étrangers et migrants (GADEM) attire l’attention des autorités sur la prise en charge de deux catégories d’étrangers présents sur le territoire marocain, indique un communiqué du GADEM publié sur son compte Facebook.

L’ONG se dit inquiète «de la situation de certaines tranches des populations […] non ressortissantes marocaines qui se trouvent au Maroc dans une situation économique, sociale [et, ndlr] administrative particulièrement vulnérable».

Prolongation des documents de séjour

En effet, suite à la suspension des services préfectoraux dédiés aux étrangers annoncée le 17 mars par la Direction nationale de la Sûreté nationale (DGSN) en raison des dispositions de lutte contre le coronavirus, le GADEM appelle le gouvernement à «autoriser la prolongation automatique des durées de validité des différents documents autorisant le séjour au Maroc quel qu’en soit le motif et pour une durée permettant aux concernés, une fois la période de confinement terminée, de mener les procédures de renouvellement de leurs documents en accord avec ce que prévoit la loi et la réglementation en vigueur».

Concernant les migrants

Dans son communiqué, le GADEM souligne les conditions de vie difficiles des migrants présents dans des campements qui demandent «souvent le soutien […] des associations d’accompagnement qui ne peuvent plus, au regard de la situation actuelle, leur porter assistance».

Ces personnes «se retrouvent donc particulièrement isolées […] dans des conditions les exposant dangereusement aux risques de contamination», ajoute le groupe.

À cet effet, «nous demandons au gouvernement marocain d’être attentif à cette situation afin que l’isolement sanitaire […] soit accompagné de toutes les mesures permettant de soutenir la mise à l’abri, la protection, l’accès aux moyens de subsistance et aux soins pour les personnes les plus fragilisées», conclut la note.

L’armée marocaine à la rescousse?

Le palais royal a annoncé lundi 23 mars la décision du souverain chérifien d’impliquer les Forces armées royales (FAR) dans la lutte contre le coronavirus en leur ordonnant de mettre à la disposition du système de santé civile toutes les structures de la médecine militaire afin de mener à bien cette mission, indique un communiqué du cabinet royal relayé par Médias 24 qui précise que cette décision entre en vigueur le même jour.

Selon le dernier bilan officiel en date du 23 mars du ministère marocain de la Santé, 127 cas de contamination au coronavirus sont pris en charge dans les hôpitaux, quatre personnes sont décédées et trois ont guéri. La distribution régionale montre que plus de 60% des cas sont concentrés dans les régions Casablanca-Settat, Rabat-Salé-Kénitra et Fès-Meknès.

Lire aussi:

Le nombre journalier de cas de Covid-19 en baisse en France mais toujours au-dessus de 10.000
Un jeune homme tué à coups de couteau et de tesson de bouteille dans le métro de Lyon
Marine Le Pen dévoile le nom de son ministre de la Justice en cas de victoire en 2022
Tags:
pandémie, épidémie, Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19, camp de migrants, migrants, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook