Maghreb
URL courte
Par
82113
S'abonner

Difficile de faire respecter le confinement aux Tunisiens? Le ministère de l’Intérieur fait appel aux nouvelles technologies: un robot téléguidé qui rappelle les citoyens à l’ordre. En phase de test, ce «drone terrestre» produit par une start-up tunisienne, un des leaders mondiaux sur le marché, est «une belle évolution pour la police».

Alors que la pandémie de Covid-19 ne cesse de se propager dans le monde, il devient urgent pour les gouvernements de faire respecter les mesures de confinement qu’ils ont décrétées. Certains rivalisent de méthodes musclées, d’autres d’ingéniosité. Les Tunisiens ont ainsi choisi de reléguer la tâche à… des robots! Le nouveau dispositif, en phase de test, a été révélé par le ministère de l’Intérieur à travers une vidéo postée le 25 mars dernier sur sa page Facebook.

«Le ministère de l’Intérieur utilise les nouvelles technologies pour faire respecter le confinement total.»

On y voit un robot qui parcourt les rues de Tunis et intime l’ordre aux citoyens qui sont toujours en circulation de présenter leur carte d’identité et, éventuellement, le laissez-passer pour travailler. Pour ceux qui n’ont aucune justification de leurs déplacements, il leur rappelle les règles du confinement.

L’automate, qui prend la forme d’un petit véhicule avec des caméras sur le dessus, est contrôlé depuis un centre d’opération, comme le montre la vidéo. Et parmi les gens interpellés, il y a même une équipe de journalistes qui était en train de faire un stand-up!

«Il s’agit d’un test de ce dispositif », explique à Sputnik Khaled Hayouni, porte-parole du ministère de l’Intérieur, sans vouloir donner plus de détails sur l’origine de ces robots, leur nombre et la date de leur réelle mise en exploitation. «C’est un matériel stratégique, je ne peux pas dire davantage pour le moment.»

Pourtant, certaines informations ont filtré sur ce nouveau dispositif. Le robot est baptisé PGuard et il est fabriqué par la start-up tunisienne Enova Robotics, spécialisée dans le développement et la commercialisation des systèmes robotiques mobiles et basée à Sousse (143 km au sud de Tunis). Fondée en 2014, elle est «le seul fabricant d’appareils intelligents en Afrique». La start-up est classée «parmi les 17 plus importants constructeurs dans le monde» sur le marché de la robotique, rappelait en 2018 Jeune Afrique, qui y avait consacré un portrait.

Le robot PGuard est doté de quatre caméras infrarouges Full HD, d’une caméra thermique à 360°, d’un GPS et un système de télémétrie laser et possède une autonomie de 8 heures, précise le site tunisien Tuniscope.

«Ces robots seront d'une grande utilité pour consigner les infractions du confinement et véhiculer médicaments et nourriture en un temps où le risque de contamination se fait de plus en plus menaçant», précise le site d’information.

Selon Akram Kharief, expert militaire joint par Sputnik, PGuard est un «unmanned ground vehicle (UGV), soit un drone terrestre. Il dispose de commandes à distance vers un centre de contrôle de la police et relayant la voix de l'opérateur et l'image. Il a aussi une caméra de nuit et de jour et un télémètre laser pour déterminer les distances». «C'est une belle évolution pour la police tunisienne et pour la Tunisie», conclut-il.

Des internautes n’ont pas manqué de saluer cette avancée en exprimant leur fierté aux ingénieurs tunisiens qui l’ont réalisé.

L’utilisation de ce robot tombe à point nommé puisque la Tunisie, où 227 cas de Covid-19 ont été enregistrés au 27 mars, peine à faire respecter le confinement total malgré le durcissement des mesures imposées par l’État dans ce sens. Le 23 mars, le Président de la République a même ordonné le déploiement de l’armée dans les rues.

Jeudi 26 mars, lors de son intervention à la séance plénière devant le Parlement, le ministre de l’Intérieur Hichem Mechichi, a annoncé que 724 personnes avaient été arrêtées à ce jour pour non-respect du couvre-feu et que 77 autres étaient placées en garde à vue pour violation du confinement total.

Lire aussi:

«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Erdogan accuse Macron de «régler des comptes avec l’islam et les musulmans»
Tags:
couvre-feu, coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19, Tunisie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook