Maghreb
URL courte
Par
7372
S'abonner

L’ex-chef de la police algérienne a été condamné à 15 ans de prison ferme par le tribunal d’Alger qui a également infligé de lourdes peines à sa femme et à ses quatre enfants, rapporte Inter-Lignes. Deux ex-ministres et deux ex-préfets ont également été écroués.

L’ancien directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), le général-major Abdelghani Hamel, a été lourdement condamné ce mercredi 1er avril par le tribunal de Sidi M’Hamed à Alger dans des affaires de «blanchiment d’argent, enrichissement illicite, trafic d’influence et obtention de fonciers par des moyens illégaux», informe le média Inter-Lignes. Les membres de sa famille, à savoir sa femme, sa fille et ses trois fils, ont également été déclarés coupables dans le cadre du même procès en la compagnie de deux ex-ministres et deux ex-walis (préfets).

La famille Hamel

Selon le site d’information Inter-Lignes, l’ex-DGSN a écopé d’une peine de 15 ans de prison ferme assortie d’une amende de huit millions de dinars (59.000 euros). Son épouse a été condamnée à deux ans de prison ferme et une amende d’un million de dinars (7.300 euros).

Le tribunal a prononcé à l’encontre de deux de ses fils, Amyar et Chafik, des peines de 10 et huit ans de prison ferme, assorties d’amendes de six et cinq millions de dinars (44.000 et 37.000 euros).

Enfin, son fils Mourad et sa fille Chahinez ont chacun écopé de sept ans de prison et de cinq millions de dinars d’amende.

En plus de la confiscation de tous les biens mal acquis par la famille, le tribunal de Sidi M’Hamed a condamné les entreprises familiales à verser une amende de 32 millions de dinars (234.000 euros) au trésor public.

Les peines des ex-ministres et des ex-walis

Le 52 régiment de la Santé militaire à Bouira
© Photo. Sputnik via le Ministère algérien de la Défense nationale
Toujours selon Inter-Lignes, le tribunal d’Alger a prononcé à l’encontre des deux ex-ministres Abdelmalek Boudiaf et Abdelghani Zaâlane une peine de trois ans de prison ferme assortie d’une amende d’un million de dinars (7.300 euros).

Par ailleurs, les deux ex-walis Ghelai Moussa, ancien wali de Tipaza, et Bensebane Zoubir, ancien wali de Tlemcen, ont respectivement écopé de cinq et trois ans de prison ferme, et une amende d’un million de dinars pour le premier.

Enfin, l’ex-directeur général de l’Office de promotion et de gestion immobilière (OPGI) Mohamed Rehaimia a été condamné à trois ans de prison ferme et 500.000 dinars (3.700 euros) d’amende.

Lire aussi:

Jean-Jacques Bourdin flashé à 186 km/h à plus de 100 km de son domicile, son permis de conduire confisqué
Un député français membre des Républicains qui avait été infecté au coronavirus est décédé
Une fillette meurt après une «erreur» d'injection dans un hôpital de Sète
Tags:
Baromètre mondial de la corruption, lutte contre la corruption, Fondation anti-corruption, corruption, tribunal militaire, tribunal, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook