Maghreb
URL courte
Par
13374
S'abonner

«Il y a des indices préliminaires acceptables» concernant le traitement à la chloroquine administré aux malades du Covid-19 en Algérie, a déclaré le ministre de la Santé à la télévision nationale, précisant qu’«il y a un nombre important qui sont guéris».

Après l’adoption mardi 31 mars du traitement par la chloroquine à tous les cas confirmés de contamination au Covid-19 en Algérie, le ministre de la Santé Abderrahmane Benbouzid a rassuré dans une déclaration à la télévision nationale (ENTV) sur les premiers résultats obtenus.

«Selon des informations et des études précises, il y a des indices préliminaires acceptables», a déclaré le responsable, précisant qu’«un nombre important, on peut dire tous, qui sont soumis à ce traitement, sont satisfaits».
Dans le même sens, M.Benbouzid a affirmé qu’«il y a un nombre important qui sont guéris». Mais il préfère patienter «environ une semaine pour avoir un nombre important de malades traités et annoncer les résultats».

La chloroquine, «aucun problème»

Alors que le traitement à la chloroquine fait l’objet d’une vive polémique en France, le ministre algérien de la Santé a défendu le 26 mars ce choix lors d’une visioconférence avec un expert du ministère chinois de la Santé. «Le choix de cet antipaludique pour soigner les malades atteints du Covid-19 s’est fait au regard des expériences menées dans d’autres pays qui ont un système de santé de qualité», a-t-il expliqué, citant l’exemple de la Chine.

Dans cette optique, lors de sa déclaration à l’ENTV, Abderrahmane Benbouzid a lancé un appel aux Algériens pour leur demander d'«utiliser ce médicament sous contrôle médical et d’éviter tout ce qui se dit [autour de la chloroquine, ndlr], parce que un nombre important de médicaments peuvent avoir des effets secondaires».

«Actuellement, les malades traités à la chloroquine n’ont aucun problème. C’est ça le traitement, il n’y en a pas d’autres à part la prévention», a-t-il conclu.

L’évolution de la situation en Algérie

Le 52 régiment de la Santé militaire à Bouira
© Photo / Sputnik via le Ministère algérien de la Défense nationale
Lors d’un point presse jeudi 2 avril à Alger, le directeur de la prévention et de la lutte contre les maladies transmissibles au ministère de la Santé, le Pr Djamel Fourar, a déclaré que 61 patients sont actuellement traités à la chloroquine dans les différents hôpitaux du pays.

Par ailleurs, il a fait état d’une hausse du nombre de personnes touchées par l’épidémie ces dernières 24 heures. Il a informé que 842 personnes contaminées par le coronavirus étaient actuellement hospitalisées dans différents établissements sanitaires à travers le pays. De plus, il a déploré 83 décès et signalé 61 guérisons. Par ailleurs, 40 wilayas sont désormais touchées par le virus.

De nouvelles mesures d’hygiène

Sur instruction du Premier ministre Abdelaziz Djerad mercredi 1er avril, la mesure de confinement partiel est étendue aux quatre wilayas suivantes: Béjaïa, Aïn Defla, Mostaganem et Bordj Bou Arreridj. Au total, 14 wilayas, dont la capitale Alger, sont soumises à cette mesure. Obligatoire entre 19h00 à 07h00, le confinement est entré en vigueur jeudi 2 avril et sera maintenu jusqu’au 19.

En dépit des dispositions prises par l’État, des voix de médecins et de scientifiques s’élèvent dans le pays, appelant le Président à imposer un confinement total et à lancer une opération de dépistage massif.

Lire aussi:

Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
Il refuse de donner une cigarette, sa mère se fait tuer en prenant sa défense dans la Drôme
Tags:
bilan, Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19, chloroquine (chloroquinine), Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook