Maghreb
URL courte
Par
Propagation du coronavirus - avril 2020 (210)
4142
S'abonner

Le site Yabiladi dément l’information de France Bleu qui rapporte que les Marocains considèrent le Pr Didier Raoult comme un «Messie». Par ailleurs, Hespress fait état du scepticisme de certains Marocains quant à l’efficacité de la chloroquine.

Le gouvernement marocain a pris la décision le 23 mars d’introduire la chloroquine dans la prise en charge thérapeutique des cas confirmés de Covid-19. Un traitement proposé et défendu par le Pr Didier Raoult, directeur de l’IHU de Marseille, et qui fait polémique en France. Ainsi, quel regard portent les Marocains sur le scientifique? Selon France Bleu, le Pr Raoult est un «Messie». Une information qui a fait réagir le site d’information Yabiladi.

«Le Professeur Raout comme le Prophète»?

Dans un article publié samedi 4 avril, le média français affirme que la population marocaine s’est «trouvée un nouveau Messie: le marseillais et professeur Didier Raoult». La radio ajoute qu’un journal marocain en ligne «n’hésitait pas à faire sa Une en désignant le Professeur Raoult comme le Prophète».

En réponse, Ybiladi écrit que «visiblement, les médias français n’arrêtent pas d’impressionner les Africains». «Après l’indignation provoqué par les propos de Jean-Paul Mira, qui a suggéré sur LCI de "tester des vaccins" du nouveau Covid-19 en Afrique, voilà que la radio France Bleu publie samedi [4 avril, ndlr] un article pour affirmer que le marseillais et professeur Didier Raoult […] serait considéré au Maroc comme un "Messie"». Et d’expliquer qu’en guise de preuve, France Bleu publie une capture d’écran du titre d’un article d’un quotidien arabophone dont le contenu est «très différent de ce qui est avancé».

En effet, le titre de l’article «avance seulement qu’"une nouvelle étude sur l’hydroxychloroquine a été publiée"sans mentionner de "Messie"», explique Yabiladi qui ironise sur «les compétences» du média français «en langue arabe».

Enfin, le média marocain relève que France Bleu s’est uniquement appuyé sur le témoignage d’Aadel Essaadani, acteur culturel marocain qui, après avoir indiqué que les Marocains plaçaient d’énormes espoirs dans la chloroquine, a affirmé qu’«on semble attendre le Messie qui va arriver avec la solution qui sauverait peut-être l’humanité», avant de conclure sur la manière dont était perçu le Pr Raoult au Maroc

Des voix s’élèvent

Suite à sa décision d’adopter la chloroquine comme traitement au Covid-19, le gouvernement marocain a réquisitionné les stocks du médicament des filiales de Sanofi à Casablanca. Il a même formulé une demande complémentaire au géant français de l’industrie pharmaceutique.

Alors que le site d’information Le 360 estime que le Pr Raoult est «porteur d’espoir» et que son homologue H24 le qualifie d’«atypique et anticonformiste», le média électronique Hespress fait état du doute émis par un certain nombre de Marocains quant à l’efficacité du traitement par la chloroquine. En effet, ils ne s’expliquent pas la hausse du nombre de décès malgré le traitement à la chloroquine.

Le ministère de la Santé a fini par réagir, affirmant que les malades décédés «sont arrivés à l’hôpital dans un état très critique». «Au bout d’une demi-journée ou une journée maximum en réanimation, ils ont perdu la vie», a-t-il ajouté, précisant que le traitement à base d’hydroxychloroquine prenait «entre 15 et 20 jours selon l’immunité de chaque patient» pour donner un résultat palpable.

Dossier:
Propagation du coronavirus - avril 2020 (210)

Lire aussi:

Violent incendie en cours dans un entrepôt à Aubervilliers, la fumée visible depuis Paris - images
Deux policiers US poussent un homme de 75 ans qui finit en sang sur le trottoir – vidéo choc
Endormie, elle est violée par un ouvrier venu faire des travaux chez elle dans les Yvelines
Le ministre grec de la Défense n'exclut pas un conflit militaire avec la Turquie
Tags:
épidémie, pandémie, Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19, Didier Raoult, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook