Maghreb
URL courte
Par
Coronavirus au Maghreb - avril (41)
2101
S'abonner

Le ministère marocain de la Santé n’a pas généralisé dans sa circulaire du 24 mars le traitement par la chloroquine aux malades de la grippe, souligne auprès de Médias 24 un professeur en épidémiologie et infectiologie, avant d’expliquer le sens réel du document.

Une circulaire du ministère marocain de la Santé datée du 24 mars a été à l’origine d’une polémique entre médecins au royaume chérifien suite à une mauvaise interprétation, rapporte le site d’information Médias 24. En effet, un pneumologue a, partant de sa propre grille de lecture de la circulaire, proposé de soigner tous les syndromes pseudo-grippaux par l’hydroxychloroquine adoptée pour les malades du coronavirus, suscitant ainsi une vive réaction de ses confrères. Interrogé par Médias 24, le Pr Jaâfar Heikel, épidémiologiste et infectiologue, réfute la généralisation par le ministère de la Santé de la chloroquine aux cas grippaux.

Que dit la circulaire?

Le ministre marocain de la Santé, Khalid Ait Taleb, s’appuie sur une recommandation du comité scientifique et technique chargé du suivi de l’épidémie du Covidè-19. Celle-ci suggère d’instruire les établissements sanitaires du pays de démarrer le protocole de soins par l’hydroxychloroquine pour tout cas possible du coronavirus, sans attendre les résultats des tests biologiques. Le but est de faire gagner du temps au patient s’il est réellement contaminé. Dans le cas contraire, le médecin pourra immédiatement arrêter le traitement. 

Ainsi, dans une déclaration à Médias 24, le Pr Jaâfar Heikel explique qu’«un patient arrive à l’hôpital selon le parcours de soins du ministère de la Santé publique [selon la définition médicale donnée par le ministère de la Santé au cas "possible et suspect ", ndlr]». «Donc, il est un cas possible ou suspect», précise-t-il.

Dans ce cas de figure, la circulaire du ministérielle stipule que «chez tout cas possible de Covid-19 symptomatique, il faut démarrer le traitement», affirme le spécialiste. «C'est donc sur des suspicions majeures dans des cas bien déterminés et dans l'attente des résultats des tests», poursuit-t-il, soulignant que «ce n'est pas une prophylaxie, ni pour les états grippaux ni pour tous les Marocains».

Qu’est ce qu’un cas possible ou suspect?

Le ministère marocain de la Santé a récemment défini dans quelles conditions une personne est estimée comme un cas possible ou suspect de la maladie du Covid-19.

Saisie de 1174 kilogrammes de résine de cannabis à Nâama, Algérie
© Sputnik . Sputnik via le Ministère algérien de la Défense nationale
Ainsi, un malade est considéré comme un cas possible: s’il présente des signes d’infection respiratoire aigüe. S’il a été en contact avec un cas confirmé d'infection par le SARS-Cov-2, deux jours avant et pendant que ce dernier était symptomatique. S’il a voyagé ou séjourné dans une zone à risque, durant les 14 jours suivant son retour de celle-ci. S’il a été en contact avec une personne ayant séjourné dans une zone à risque, dans les 14 jours précédant l'apparition des symptômes.

Enfin, est considéré comme cas suspect tout malade présentant une infection respiratoire aigüe et des signes visibles de lésions sur les poumons détectées par radiographie, notamment par un scanner thoracique.

Dossier:
Coronavirus au Maghreb - avril (41)

Lire aussi:

La Palestine qualifie de «trahison» l'accord israélo-émirati et rappelle son ambassadeur à Abou Dhabi
Augmentation de plus en plus forte du nombre journalier de cas de Covid-19 en France
Deux frégates de guerre grecque et turque se seraient heurtées en Méditerranée orientale
Les USA renforcent encore leurs sanctions contre la France
Tags:
bilan, Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19, grippe aviaire, grippe, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook