Maghreb
URL courte
Par
350
S'abonner

En Tunisie, la justice a suspendu le tournage des feuilletons ramadanesques, dont la reprise venait pourtant d’être autorisée par le gouvernement. Entre autres motifs invoqués, «la violation du principe de précaution», en ces temps de crise sanitaire. Retour sur une affaire qui a divisé l’opinion publique et le monde de la production.

C’est une décision ne préjugeant en rien le fond de l’affaire, mais qui n’en demeure pas moins effective. Le 15 avril, le tribunal administratif de Tunis, saisi par une organisation de la société civile, a ordonné la suspension du tournage des feuilletons du ramadan. Tradition incontournable, certes, avec valeur d’institution, ceux-ci n’en doivent pas moins être épargnés par le diktat covidien.

Cette décision conservatoire sanctionne un arrêté ministériel autorisant ledit tournage. Que dira le jugement au fond dans le cadre du recours pour excès de pouvoir qui a été présenté? Peu de personnes semblent s’en préoccuper, aujourd’hui, à Tunis. À quelques jours du début du mois saint, les productions semblent d’ores et déjà durablement compromises. La suspension a presque valeur de sentence finale.

Tout a commencé le 8 avril, quand le ministère de la Culture, se référant aux «instructions de la présidence du gouvernement», a publié un communiqué autorisant, sous conditions, la reprise des tournages des feuilletons ramadanesques, suspendus depuis le 21 mars à la veille d’un confinement général décrété contre la pandémie. Tollé, aussitôt, dans l’opinion publique, mais aussi auprès d’une bonne partie des professionnels du secteur culturel.

«Un coup dur pour le travail réalisé jusque-là et pour les sacrifices faits par la société et les institutions pour lutter contre le coronavirus», s’indignait, par exemple, la Chambre syndicale nationale des producteurs du cinéma et de l’audiovisuel, suspectant même «une forme de favoritisme et de corruption qui servirait les intérêts de certaines parties, au détriment de l’ensemble du secteur».

Cette organisation rejoint ceux qui accusent le ministère de la Culture de céder aux pressions des lobbies des télévisions privées, intéressés uniquement par l’appât du gain financier, aux dépens des risques sanitaires encourus par toute une population qui continue de subir, dans la douleur, les inconvénients du confinement général.

La décision d’autoriser la reprise des tournages a été vivement attaquée aussi par la Chambre syndicale nationale des médias privés, ainsi que par la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA), le gendarme de l’audiovisuel en Tunisie, ces derniers y voyant une prise de risque non justifiée pendant la période de confinement général, qui se prolonge jusqu’au 19 avril.

Dans ce post Facebook, cet internaute se fait l’écho d’une critique récurrente sur les réseaux sociaux. Après avoir fait état du risque encouru par les médecins en première ligne dans la lutte contre le Covid-19, et qui manqueraient, assure-t-il, de matériels de protection, il évoque des tests qui seraient «gaspillés» pour les beaux yeux d’un figurant jouant dans les «Enfants de Moufida», du nom du célèbre feuilleton télévisé diffusé sur la chaîne privée Al-Hiwar Ettounsi.

Mais la décision du ministère n’a pas fait que des mécontents. Les producteurs des feuilletons ramadanesques et les propriétaires des chaînes de télévision dans lesquelles ces productions devraient être diffusées s’en étaient félicités. En effet, ces derniers ont des engagements envers des annonceurs qu’ils ne pourront pas honorer si les feuilletons ne sont pas diffusés pendant le ramadan, qui représente traditionnellement la saison où le taux d’audience est le plus élevé sur l’année et où ils gagnent le maximum d’argent.

D’autres Tunisiens ont pu, également, être sensibles aux arguments du ministère. En permettant les tournages, il s’agissait, expliquait le communiqué, de «motiver les familles tunisiennes à rester chez elles en leur fournissant des fictions télévisuelles tunisiennes, ce qui leur aurait permis de vivre l’ambiance ramadanesque dans des conditions semblables à celles des autres années».

Sans compter que la reprise des tournages ne concernait que les séries sur le point d’être achevées. Elle devait, en outre, s’organiser dans le respect de dispositifs sanitaires très stricts: l’équipe subirait des tests de dépistage avant et après le tournage, lequel aurait lieu dans un lieu fermé, en l’occurrence un hôtel, sans le quitter durant toute la période du travail. Et l’équipe, composée d’un maximum de 20 personnes, aurait l’obligation de se mettre en quarantaine vers la fin de la production.

Mais même ces précautions ne rassurent pas Rym Hamrouni, actrice dans un de ces feuilletons. Elle exprime à Sputnik sa position contre la décision du ministère de la Culture.

«Le tournage nécessite une équipe composée de plusieurs personnes et une promiscuité. Il est impossible de faire des scènes où ne se rapproche pas et où on ne se touche pas. Nous avons essayé avant le début du confinement général de travailler, tout en respectant les mesures de sécurité, mais c’était très compliqué et pas du tout pratique. En plus, personnellement, j’ai peur pour ma santé et je ne souhaite pas reprendre le travail.»

Une guerre contre la culture?

La polémique a dépassé les professionnels du secteur de la culture pour s’étendre à la scène politique. Des députés ont critiqué la décision et sont allés jusqu’à remettre en cause l’utilité même de la culture en ces temps de la crise. C’est le cas du député islamiste et ancien imam, Ridha Jaouadi, où il s’en prenait «à la ministre de ce qu’on appelle la Culture».


«Restez chez vous et transférez le budget des "mesquineries" au ministère de la Santé. Assez d’atteinte à la morale et de gaspillage de l'argent du peuple.»

Une critique faisant écho, là encore, aux cris d’orfraie poussés par un partie de la population contre le contenu de plus en plus «décadent» et en aucun cas «familial» des feuilletons ramadanesques, où les scènes de consommation de drogue côtoient parfois les séquences de violence excessive.

Face à cette campagne virulente qui ne l’a pas épargnée, la ministre de la Culture Chiraz Lâatiri s’est fendue d’un post sur son mur Facebook, le 11 avril, où elle regrettait «un énorme manque d’éducation à la culture en Tunisie». Son post a davantage encore enflammé la situation, ce qui l’a obligée à le retirer et à présenter des excuses aux personnes qui se seraient senti visées par ses propos.

Décision difficile à appliquer

Certains professionnels du monde de la culture ont trouvé, cependant, que la décision du ministère de la Culture était «judicieuse» puisqu’elle permettait d’achever des scènes en attente. Sauf que son application s’avère difficile, vu les conditions imposées aux producteurs.

Sans attendre la décision du tribunal administratif du 15 avril, Lassaad Oueslati, réalisateur d’une série intitulée El Harga (Immigration clandestine), a dû renoncer à poursuivre son tournage.

«Il me reste quatre semaines de tournage et j’ai une équipe qui ne comporte plus que 20 personnes, comme imposé par le ministère de la Culture. En plus, je dois filmer des scènes grandioses qui nécessitent beaucoup d’acteurs. Donc il est impossible pour moi de reprendre le travail», confie-t-il à Sputnik.

Le réalisateur a donc décidé de reporter son tournage jusqu’à la fin de la période du confinement et tant pis si son feuilleton passera après le ramadan, qui représente la saison de grande audience pour les productions dramatiques nationales. «L’essentiel est que mon projet soit réalisé dans de bonnes conditions et qu’il n’y ait aucun risque sanitaire pour personne», conclut-il.

Des feuilletons à distance

D’autres équipes de production ont préféré continuer à travailler, mais en s’adaptant aux conditions du confinement. C’est le cas de celle de la série El Khayata (La couturière), qui fait du télétravail en enregistrant les scènes à distance, chacun chez soi. «Nous organisons des conférences de travail quotidiennes à distance, où nous discutons ensemble, entre acteurs, et nous écrivons nos textes. Puis chacun enregistre ses scènes tout seul et laisse une part à l’improvisation», explique Rym Hamrouni, actrice dans ce feuilleton.

Il s’agit d’une expérience inédite qui donnera lieu probablement à une série qui sera diffusée sous forme de quatre écrans simultanés avec les quatre protagonistes. Un concept original, somme toute, permis par une situation exceptionnelle avec une épidémie qui a fait, à la date du 16 avril, 822 cas de contamination et 37 décès.

Lire aussi:

Traitée d’«Arabe de service», la policière syndicaliste Linda Kebbab porte plainte contre le «journaliste» Taha Bouhafs
«Chut, taisez-vous!»: Didier Raoult s’en prend à une journaliste de BFM TV
Pris en chasse, il roule à contresens à 220 km/h entre Montpellier et Nîmes
L’affaire Floyd illustre ce que les politiciens en France «ne veulent pas mettre en avant»
Tags:
coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19, ramadan, tournage, Tunisie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook