Maghreb
URL courte
Par
Coronavirus au Maghreb - avril (41)
232613
S'abonner

Le royaume chérifien a opposé un refus à la demande d’Israël de rapatrier ses ressortissants bloqués au Maroc en raison du Covid-19, indique le site israélien i24News Arabic qui cite la radio de l’armée de l’État hébreu. La raison? Une entente entre Tel Aviv et Abou Dhabi pour une opération conjointe.

Le Maroc, qui a fermé son espace aérien depuis le 22 mars sur ordre du roi Mohammed VI pour contenir la propagation de la pandémie, a refusé le rapatriement d’Israéliens bloqués sur son territoire, rapporte i24News Arabic qui cite la radio de l’armée israélienne. Le média indique que c’est un rapprochement entre Tel Aviv et Abou Dhabi pour un rapatriement conjoint de leurs ressortissants du royaume chérifien qui a provoqué la colère de Rabat, alors qu’il «avait donné son accord à Israël».

L’ombre d’Abou Dhabi?

Selon i24News Arabic, les Émirats arabes unis, qui comptent «74 ressortissants» bloqués au Maroc, ont proposé à Israël «d'évacuer conjointement leurs citoyens, ce que Tel Aviv a accepté». Le média ajoute qu’Abou Dhabi a déjà entrepris ce type de démarche «avec plusieurs autres pays».

Alors qu’un froid diplomatique couve depuis février 2019 entre le royaume chérifien et les Émirats arabes unis (EAU), Rabat a «exprimé sa colère devant le fait que les EUA et Israël aient conclu un tel accord sans consulter au préalable le gouvernement marocain», décidant ainsi de bloquer tout rapatriement, souligne i24News Arabic.

Et d’ajouter que «la campagne de diffamation des EUA contre le Maroc continue, affirmant que son gouvernement est devenu faible sous le leadership du Parti [islamiste proche des Frères musulmans*, ndlr] de la justice et du développement», a détérioré une situation déjà tendue.

Sollicité le 16 avril par le site d’information Yabiladi, le ministère marocain des Affaires étrangères n’a pas souhaité réagir, se contentant de qualifier ces informations «parues dans la presse israélienne» comme «sans sources».

La guerre au Yémen et en Libye, la pomme de discorde?

En février 2019, une crise diplomatique naît entre Rabat d’un côté, et Riyad et Abou Dhabi de l’autre, suite à l'entretien accordé par le chef de la diplomatie marocaine Nasser Bourita à la chaîne qatarie Al Jazeera. Lors de cette interview, le ministre indique que l'engagement de son pays dans le conflit au Yémen, sous la direction de la coalition arabe menée par Riyad, a «changé».

Une semaine après l'entretien de M.Bourita avec Al Jazeera, la chaîne saoudienne Al-Arabiya basée aux EAU diffuse un documentaire sur le conflit du Sahara occidental. Dans le reportage, elle affirme que le Maroc a «envahi le Sahara [occidental, ndlr] après le départ des colonisateurs espagnols en 1975».

Puis, au cours d’une conférence de presse tenue le 28 mars 2019 avec son homologue jordanien à Rabat, Nasser Bourita dit que la politique étrangère de son pays est une «affaire de souveraineté», relate l’agence officielle Maghreb Arabe Presse (MAP).

Dans ce sens, le responsable assure qu'«il peut arriver qu'on ne soit pas d'accord sur certaines questions, la politique étrangère étant une affaire de souveraineté». «Au Maroc, elle est en outre fondée sur des principes et des constantes», précise-t-il.

Pour le ministre marocain, les relations entre États doivent être fondées sur un principe d'équité dans lequel chaque pays y trouve son compte.

«La coordination devrait se faire dans les deux sens», estime-t-il, indiquant qu'«elle ne doit pas être à la carte. Elle doit couvrir toutes les questions importantes au Moyen Orient comme en Afrique du Nord, à l'instar de la crise libyenne». «La préservation de cette relation devrait être un souci de part et d'autre. Si ce n'est pas le cas, il serait normal que toute les alternatives soient examinées», conclut-il, selon la même source.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Dossier:
Coronavirus au Maghreb - avril (41)

Lire aussi:

Plusieurs villages français seront privés d’Internet à cause de la 5G
Ces 25 propriétaires du 93 ont appris par simple lettre qu’ils étaient expropriés
Un eurodéputé surpris dans une orgie gay à Bruxelles présente sa démission
«Pour ne pas avoir conscience qu’il y a un privilège blanc, il faut être Blanc», tance Lilian Thuram
Tags:
pandémie, épidémie, rapatriement, Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), souche de coronavirus, coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19, ministère des affaires étrangères des Emirats Arabes Unis, Émirats Arabes Unis, Israël, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook