Maghreb
URL courte
Par
1054447
S'abonner

«Nous sommes dans un pays ennemi», a déclaré le consul du Maroc à Oran, dans l’ouest de l’Algérie, devant des Marocains qui réclamaient leur rapatriement après plusieurs semaines de quarantaine en raison du Covid-19. Une vidéo de cette discussion circule sur le Net, suscitant de vives réactions.

Alors qu’il tentait de calmer la colère de ses concitoyens bloqués à Oran en raison du coronavirus, dans l’ouest de l’Algérie, le consul du Maroc dans cette ville a qualifié l’Algérie de «pays ennemi». La vidéo montrant cette discussion entre le diplomate et des ressortissants marocains est largement partagée sur les réseaux sociaux, provoquant un tollé.

«Nous sommes dans un pays ennemi, je vous le dis franchement», a lancé le consul, demandant à ses compatriotes de faire preuve de patience et de vigilance.

Dans une déclaration au site d’information Tout Sur l’Algérie (TSA), une source diplomatique algérienne a affirmé qu’il a tenu «des propos graves, irresponsables et inacceptables». Et d’ajouter que «sa mission en tant qu’officiel exerçant en Algérie est de contribuer au renforcement des relations d’amitié avec le pays accréditaire conformément à l’esprit et à la lettre de la convention de Vienne sur les relations diplomatiques».

Le Net s’enflamme

Les propos du consul du Maroc à Oran ont déclenché une vague d’indignations sur les réseaux sociaux. En effet, alors que certains avaient qualifié ces paroles «de bourde diplomatique», un internaute a appelé les autorités marocaines à le rappeler immédiatement. Selon lui, le consul a failli à sa mission de promotion de relations saines et équilibrées entre les deux pays et a porté un coup dur à la construction de l’unité maghrébine.

Quel avenir pour les relations bilatérales?

Le 19 décembre 2019, lors de la cérémonie de son investiture au poste de Président de la République algérienne, Abdelmadjid Tebboune a affirmé que le conflit au Sahara occidental était «une question de décolonisation» inscrite et traitée dans le cadre des Nations unies et qui avait fait l’objet d’un nombre conséquent de résolutions du Conseil de sécurité.

M.Tebboune a par ailleurs mis en avant la position algérienne de soutien à l’organisation d’un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui conformément aux résolutions de l’Onu. Enfin, le chef de l’État a estimé «que cette question ne devait pas être un obstacle pour la reprise de relations normales entre les deux pays».

De son côté, le souverain chérifien Mohammed VI a proposé aux autorités algériennes la création d’un mécanisme de dialogue bilatéral pour la résolution des problèmes qui entravent les relations de bon voisinage dans le cadre d’un dialogue «franc et direct».

Lire aussi:

Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Un syndicat de police s’amuse d’une intervention violente et outre les internautes – vidéo
Tags:
refroidissement des relations, relations diplomatiques, relations bilatérales, relations économiques, reprise de relations, relations publiques, relations, Maroc, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook