Maghreb
URL courte
Par
8157
S'abonner

Miroglio, l’une des trois entreprises italiennes retenues pour fournir le Piémont en masques de protection, a produit une partie dans son usine au Maroc. Les habitants de la région s’attendaient à recevoir gratuitement des masques fabriqués localement. Ils sont indignés. La région s’explique.

Les masques de protection distribués gratuitement dans le Piémont ont suscité une vive réaction auprès des habitants qui ont découvert, à leur grande surprise, qu’ils avaient été fabriqués au Maroc. Promis par la région et prétendument produits et emballés par des entreprises locales, le label Made in Morocco ne leur a pas échappé.

«J’ai reçu les masques promis par la région du Piémont. Très bienvenus et aussi confortables, j’en avais besoin et je suis heureux et reconnaissant de les avoir à ma disposition et celle de ma famille. Je ne pensais tout simplement pas que le Maroc était dans le Piémont…», ironise le directeur éditorial de Slow Food Edizioni, Carlo Bogliotti, cité par Repubblica Torino.

Pourquoi ça a fait tache d’huile?

Le contrat de production de cinq millions de masques destinés à la distribution gratuite a été attribué à trois entreprise locales: Casalinda, Pratrivero et Miroglio. Les deux premières produisent localement, alors que la dernière dispose d’une usine implantée au Maroc.

«La société Miroglio […] utilise son usine du groupe Miroglio au Maroc pour une petite partie de la production destinée au Piémont, environ 350.000 masques», indique un communiqué de la région, selon le journal.

Le Maroc se lance dans l’exportation

Après avoir atteint une production de 10 millions d’unités en textile non tissé par jour et la constitution d’un stock national stratégique de 50 millions de masques, le ministre marocain de l’industrie et du Commerce, Moulay Hafid Elalamy, a autorisé les exportations, rapportait le 11 mai l’agence Maghreb Arabe Presse (MAP).

«La demande est estimée en centaines de millions d’unités», affirme auprès de Jeune Afrique une source au ministère. Elle précise que les producteurs marocains ont été approchés par des clients potentiels dans de nombreux pays européens «comme la France, l’Espagne, l’Italie, la Suisse et l’Allemagne». La Roumanie, le Sénégal et le Bénin sont également intéressés. «La France vient d’homologuer les produits de deux opérateurs marocains, ce qui présage des commandes de la part de l’Armée française notamment», ajoute le média.

Lavables et réutilisables

Pour ce qui est des masques en textile tissé, de petites quantités ont déjà été exportées vers la France et L’Espagne.

«Il s’agit de petites quantités expédiées par des entreprises qui avaient de la matière première en admission temporaire et qui ont été autorisées à exporter les masques, à condition de consacrer 50% de leur production au marché marocain», précise la même source à Jeune Afrique.

Tant que le royaume chérifien n’aura pas atteint son stock stratégique de sécurité pour ce type de masques lavables et réutilisables estimé à 20 millions d’unités, ce produit ne sera pas autorisé à l’exportation.

«Nous en produisons plus de deux millions par jour», explique Moulay Hafid Elalamy devant le Parlement, précisant que «nous ne pouvons pas encore exporter ce produit, car nous en avons encore besoin localement», selon Map.

Lire aussi:

Édouard Philippe invite Sarkozy à un déjeuner en pleine rumeur de remaniement, selon L’Express
«Chut, taisez-vous!»: Didier Raoult s’en prend à une journaliste de BFM TV
Traitée d’«Arabe de service», la policière syndicaliste Linda Kebbab porte plainte contre le «journaliste» Taha Bouhafs
Tags:
coronavirus SARS-CoV-2, souche de coronavirus, Covid-19, masques, Piémont, Italie, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook