Maghreb
URL courte
Par
289
S'abonner

Le drame des ouvrières agricoles tunisiennes qui perdent la vie dans des accidents routiers en se rendant sur leur lieu de travail ne semble pas s’arrêter. Une collision a encore eu lieu le 8 mai, à Regueb, dans le centre du pays, faisant plusieurs blessées. La société civile appelle l’État à mettre fin à l’hémorragie.

Pendant la période du confinement en Tunisie (du 22 mars au 3 mai), les ouvrières agricoles ont fait partie des rares catégories socioprofessionnelles qui ont poursuivi leur activité pour assurer le maintien de l’approvisionnement des marchés en denrées alimentaires.

Pourtant, elles n’ont bénéficié d’aucune aide de l’État, ni même d’amélioration de leurs conditions de travail. Elles ont donc continué à exercer dans des situations difficiles, montant à bord de camions non sécurisés et s’exposant ainsi très fréquemment à des accidents mortels. Le dernier a eu lieu le 8 mai sur la route de Gouadria, dans la délégation de Regueb (gouvernorat de Sidi Bouzid, dans le centre de la Tunisie). Le véhicule qui transportait les travailleuses a percuté une voiture qui roulait en sens inverse. Bilan de la collision: sept ouvrières ont été blessées, dont une assez gravement pour nécessiter son transfert à l’hôpital régional de Sfax.

Indignation de la société civile

La société civile a aussitôt réagi pour dénoncer ce feuilleton «dramatique» sans fin d’accidents mortels dont sont victimes les ouvrières agricoles et qui amplifie encore la précarité de leurs conditions de travail. Elle a appelé l’État à prendre des mesures pour mettre fin à cette situation.

Quatre organisations ont exprimé leur «profonde tristesse face à cet acte criminel et au non-respect des forces productrices du pays, l’un des piliers les plus importants de la ligne de front pour faire face à la pandémie, qui sont les ouvrières agricoles, lesquelles n'ont cessé de travailler pour nourrir les Tunisiens», dans un communiqué publié le 9 mai.

Les organisations signataires ont appelé à l’arrêt de «cette hémorragie causée par les conditions inhumaines de transport et qui continue, au vu et au su des autorités, notamment la présidence du gouvernement». Pour elles, il faudrait opter pour une solution radicale: le changement du modèle économique actuel qui «consacre la marginalisation économique et sociale des femmes».

Romdhane Ben Amor, du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), l’une des organisations signataires du communiqué, décrit à Sputnik ce modèle économique tunisien:

«Le secteur agricole tunisien favorise les grands investissements et ne donne pas la possibilité aux petits agriculteurs de lancer leurs propres projets. Le modèle économique actuel en Tunisie exclut plusieurs catégories sociales, dont les ouvrières agricoles. Et de fait, il y a un constat général, que ce soit de la part de la société civile ou de l’État, concernant les conditions inhumaines dans lesquelles exercent ces ouvrières, que ce soit au niveau des heures de travail, du salaire ou du mode de transport.»  

Les ouvrières doivent se lever avant l’aube et rentrent vers le coucher du soleil. Elles travaillent à la journée et sont payées entre 10 et 14 dinars (3 à 4,45 euros) dont il faut retrancher 3 à 4 dinars (0,95 à 1,27 euro) pour le chauffeur du camion qui va les transporter car généralement, les champs se situent à 30, voire 40 km de leur domicile.

Le transport se fait dans des conditions pour le moins précaires. Les travailleuses s’entassent par dizaines à l’arrière du camion, debout, pour gagner de la place, bien que ce mode de transport soit en principe interdit. Embarquées de cette manière, dans des véhicules qui ne sont pas sécurisés, elles se trouvent très souvent victimes d’accidents routiers mortels. D’après le FTDES, plus de 40 ouvrières ont perdu la vie et 492 autres ont été blessées pendant leur transport au cours des quatre dernières années.

Mesures gouvernementales insuffisantes

Le 27 avril 2019, une tragédie a secoué le pays. Un camion transportant des ouvrières agricoles a eu un accident dans la localité de Sabbela à Sidi Bouzid. Bilan: 13 femmes ont trouvé la mort et 20 autres ont été blessées. Le lendemain, plusieurs représentants de la société civile et du gouvernement se sont rendus dans la commune pour présenter leurs condoléances aux familles des victimes.

Se rendant compte des conditions de précarité extrême de ces familles, l’État a annoncé une batterie de mesures pour aider ces travailleuses. L’initiative «Ahmini» (Protège-moi) leur permet notamment d’avoir une couverture sociale en payant elles-mêmes une cotisation de 1 dinar (0,30 euro) par jour à la CNSS (Caisse nationale de Sécurité sociale). 500.000 femmes travaillant dans le secteur agricole devaient bénéficier de cette mesure.

Un an après, qu’en est-il aujourd’hui de ces dispositions? Ont-elles permis de mettre fin au drame?

«Les mesures qui ont été prises sont insuffisantes. Si l’on considère l’initiative ‘Ahmini’, nous avons remarqué, à travers nos recherches sur le terrain, qu’il n’y avait pas eu une affluence massive pour s’y inscrire. En effet, avec leur salaire dérisoire, ces femmes n’ont pas les moyens de payer sur leurs fonds propres une couverture sociale, ce n’est pas chose évidente», souligne Romdhane Ben Amor.

Il explique, par ailleurs, que les accidents mortels dont elles sont victimes continuent, faute de pouvoir fournir une alternative de transport plus sécurisé par l’État. «Les autorités ont déclaré être incapables de contrôler les routes agricoles où elles estiment que les accidents ont lieu. Or, la plupart se produisent sur des routes normales», note-t-il.

Que faire alors pour protéger ces ouvrières, obligées de travailler dans de si mauvaises conditions?

Romdhane Ben Amor propose de s’attaquer au fond du problème, à savoir la nécessité de changer le modèle économique pour donner plus d’avantages à ces ouvrières.

«Il faudrait augmenter leurs salaires, leur garantir une couverture sociale et l’accès gratuit aux soins, en plus de favoriser leur autonomisation économique –en l’occurrence les aider à créer leurs propres projets agricoles, vu que plusieurs d’entre elles possèdent déjà des terrains, mais n’ont pas les moyens de les exploiter», suggère-t-il.

Lire aussi:

L'ancien international de rugby Christophe Dominici retrouvé mort dans les Hauts-de-Seine
Un policier fait un croche-pied à un migrant lors de l'évacuation place de la République – vidéo
«Vous allez voir en 2021, l’islam, on va tous vous tuer»: le passager ivre d’un tram interpellé à Montpellier
Tags:
accident mortel, agriculteur, Tunisie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook