Maghreb
URL courte
Par
6510223
S'abonner

Alger a annoncé la construction d’un «mégaprojet» de centrales solaires d’une puissance totale de 4.000 MW. Le coût du projet est estimé à entre 3,2 et 3,6 milliards de dollars. Il générera 50.000 emplois pendant la réalisation et 2.000 après son lancement. Le marché européen est en ligne de mire.

Dans le cadre de sa politique de diversification de ses ressources énergétiques et de développement d’un nouveau modèle de consommation, l’Algérie va lancer la construction d’un «mégaprojet» de centrales photovoltaïques d’une capacité totale de 4.000 MW réparties sur dix wilayas (régions) du pays, annonce le Premier ministre sur son site officiel.

Dans le contexte de la chute des prix du pétrole et du déclin du volume des réserves prouvées, le gouvernement affirme qu’en plus de «la satisfaction de la demande nationale d’énergie et la préservation de nos ressources fossiles, la réalisation de ce projet permettrait de se positionner sur le marché international, via l’exportation de l’électricité à un prix compétitif, ainsi que l’exportation du savoir-faire».

Un important investissement

Les experts du ministère de l’Énergie qui ont mis en place ce projet ont estimé son coût à entre 3,2 et 3,6 milliards de dollars (2,9 à 3,3 milliards d’euros environ). La durée de réalisation devrait s’étaler entre 2020 et 2024.

Baptisé «Tafouk1», le projet sera construit sur une surface de 64.000 hectares répartis sur une dizaine de wilayas du pays.

En termes de création d’emplois, le «mégaprojet» embauchera 50.0000 personnes pendant la phase de réalisation et créera 2.000 emplois qualifiés d’exploitation après l’entrée en service des centrales, selon l’étude présentée par le ministère de l’Énergie.

Transition énergétique, où en est l’Algérie?

Le Forum économique mondial (WEF) a classé, dans son rapport pour l’année 2020 consacré à l’indice de transition énergétique, le Maroc à la 51e place mondiale parmi 115 États, faisant de lui le champion des pays arabes et africains.

Concernant les autres pays du Maghreb, l'Algérie s’est classée au 83e rang mondial, suivie par la Tunisie qui arrive à la 89e place.

En Afrique, après le Maroc, c’est la Namibie (64e) qui arrive à la 2e place, suivie par le Ghana (66e), le Kenya (79e) et l'Algérie

Lire aussi:

Une majorité de Français souhaite le retour d'Édouard Philippe dans la vie politique
La fuite d’oxygène sur l’ISS gagne en ampleur
Des chercheurs désignent la plus grande «ruse» du coronavirus
Tags:
transition, énergie hydraulique, énergie géothermique, énergie nucléaire, hydroélectricité, énergie éolienne, énergie solaire, énergie, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook