Maghreb
URL courte
Par
531813
S'abonner

Les autorités algériennes ont décidé d’interdire l’organisation de circoncisions collectives afin d’éviter tout risque de contagion au coronavirus. Ces cérémonies, qui se sont imposées en tradition, sont coordonnées depuis plusieurs années par des associations caritatives au profit d’enfants issus de milieux défavorisés.

Tout, tout, tout vous saurez tout sur… la Khtena ou la T’hara, termes utilisés en Algérie pour désigner la circoncision. Il faut dire que le Covid-19 a eu des conséquences souvent inattendues sur la société algérienne. Une des plus récentes concerne l’interdiction prise par les autorités algériennes d’organiser des circoncisions collectives, l’événement étant l’occasion de rassembler un grand nombre d’individus dans un même espace.

En Algérie, l’ablation du prépuce est généralement pratiquée durant les cinq premières années des garçons. De nombreuses familles choisissent de circoncire leurs enfants au cours de la nuit du 27e jour du mois de ramadan. Leïlat el Qadr (nuit du destin) coïncidait cette année avec le mardi 19 mai. Ce rituel, recommandé par la tradition islamique, étant onéreux, des associations mettent en place des cérémonies collectives au profit des familles démunies. Dihya, membre d’un petit collectif de bienfaiteurs, explique à Sputnik les conditions d’organisation d’un tel événement.

«Nous faisons un recensement des enfants un à deux mois avant le ramadan. Ensuite, les donateurs décident du nombre qu’il est possible de prendre en charge. Généralement, nous organisons la circoncision d’une dizaine de petits garçons»,indique-t-elle.

L’intervention se déroule dans une clinique privée, comme l’exige la réglementation algérienne. «Nous offrons également aux parents une somme de 15.000 dinars algériens (105 euros) pour que la famille puisse célébrer l’événement.»

Rendez-vous au Mawlid

Selon Dihya, les chirurgiens sont généralement bénévoles et pratiquent cet acte gratuitement, le collectif se charge de payer la clinique, à savoir les frais liés au personnel soignant et au bloc opératoire. L’intervention reviendrait à 10.000 dinars (70 euros) par enfant.

L’interdiction décrétée par le gouvernement concerne aussi les cas de circoncision individuels, dans établissements privés et publics. Dihya affirme que la mesure a été strictement appliquée par la clinique avec laquelle son groupe a l’habitude de travailler. «Il n’est pas question de mettre en danger les enfants et leur famille à cause du coronavirus. Nous ferons en sorte d’organiser une nouvelle action pour la fête du Mawlid, la journée de la célébration de la naissance du prophète Mohamed qui est également propice pour les circoncisions.» Rendez-vous est donc pris pour le 29 octobre 2020. Pour l’archéologue Aïcha Aziza Amamra, qui a dirigé le musée national des Arts et traditions populaires, la circoncision durant la nuit du 27e jour du ramadan est «une pratique nouvelle».

«Par le passé, les familles organisaient des circoncisions durant toute l’année. Cette tradition de circoncire les petits garçons à l’occasion de Leïlat el Qadr est relativement récente. C’est comme le couscous du vendredi, c’est assez nouveau. Nos ancêtres consommaient ce plat au quotidien, ce n’est que récemment que c’est devenu un rituel de le préparer le vendredi. Par contre, la veille du 27e jour, qui est donc la journée du 26e jour du ramadan, la tradition de nos parents était plutôt consacrée au premier jour de jeûne de l’enfant», dit-elle à Sputnik.

Effet de mode

Aïcha Aziza Amamra indique que le choix des dates comme Leïlat el Qadr ou encore le Mawlid serait juste «un effet de mode».

«Ce genre de tradition est institué par des personnes qui ont une certaine influence au sein de la société.»

Pendant des générations, l’ablation du prépuce était du ressort du Khetane ou Tahar, qui pouvait être le barbier ou alors l’imam du quartier. L’intervention se déroulait sans anesthésie, à l’aide d’une paire de ciseaux en acier. Durant les années 1980, certains Khetane utilisaient des bistouris électriques. Les garçons circoncis ont souvent droit à des friandises et à de l’argent liquide. Privilèges qui permettent d’oublier un peu la douleur…

Lire aussi:

Caricatures: Macron se prononce pour la première fois depuis la polémique sur ses propos
Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un commerçant de Nîmes interdit l’entrée de son magasin aux femmes voilées
Un homme attaque des policiers devant le ministère de l'Intérieur à Moscou, il y aurait des blessés
Tags:
hôpital, Algérie, coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook