Maghreb
URL courte
Par
41512
S'abonner

Pour lutter contre le Covid-19, les autorités marocaines poussent très loin les mesures barrières. Elles en donnent la preuve à Harhoura, tout près de la capitale.

Dans la localité de Harhoura, située à 17km de Rabat, les habitants ont été surpris de découvrir que tous les accès à la plage de Sid El Abed avaient été condamnés. Pour empêcher quiconque d’y pénétrer, les autorités de la région ont fait construire des murs ou dresser des barrières.

Interrogée par Sputnik, une riveraine, qui souhaite garder l’anonymat, décrit la situation:

«Les quatre accès à la plage ont été bloqués. Pour le premier, la porte a été cadenassée avec du fil barbelé en haut. Pour les deux autres, les autorités ont monté des murs. Des gendarmes ont été mobilisés et des barrières mises en place pour le dernier.»

Les autorités de Harhoura ferment les accès menant à la plage pour éviter la violation du confinement et la propagation du coronavirus.

Selon le site d’information marocain lesiteinifo, cette décision a été prise après les plaintes déposées par les habitants de la région, perturbés par des poissonniers. Ces derniers s’installaient habituellement sur cette plage pour écouler leur marchandise, violant ainsi l’état d’urgence sanitaire.

Pour la riveraine, cet argument ne tient pas debout puisque «les pêcheurs sont toujours là, pas sur la plage, mais sur la route sous la surveillance des gendarmes».

Les accès à la plage de de Sid El Abed, Maroc, ont été fermés.
© Sputnik . Manal Zainabi
Les accès à la plage de de Sid El Abed, Maroc, ont été fermés.

La jeune femme n’arrive toujours pas à comprendre les vraies raisons de cette décision. «À dix minutes de chez moi, au niveau de la plage Rose Marie, les habitants n'ont aucun problème d'accès, tous les gens du quartier y vont et se baignent», témoigne-t-elle. Du côté des autorités de la région, c’est le silence radio. Elles n’ont donné, jusqu’à présent, aucune explication sur leur décision de de confiner la plage de Sid El Abed.

«We’ll build a wall» 

Des photos du mur ont fait le tour des réseaux sociaux. Si cette décision a été applaudie par certains internautes, d’autres l’ont dénoncée en expliquant que l’accès aux plages doit rester libre, même en temps de confinement. Les riverains espèrent aussi que les autorités n’oublieront pas de détruire les murs, sans enlaidir les lieux, après le déconfinement.

De par la proximité du Maroc avec l’Europe, les mesures barrières sont entrées dans les mœurs assez tôt. En plus de l’obligation du port du masque décrétée par la loi et du confinement toujours en cours, le Royaume a été parmi les premiers pays à avoir fermé ses frontières terrestres et aériennes pour éviter la propagation du Covid-19.

Cette décision a été prise le 13 mars 2020, aussitôt après la détection des huit premiers cas d’infection par le nouveau coronavirus dans le pays. En dépit d’un nombre de contaminés qui a dépassé les 7.500, l’ensemble de ces dispositions semble porter ses fruits puisque la pandémie reste globalement maîtrisée au Maroc. Toutefois, plus de 30.000 ressortissants se trouvant à l’étranger avant la fermeture des frontières n’ont pas pu encore regagner leur pays.  

Lire aussi:

Le licenciement «secret» de Jérôme Salomon de l’Institut Pasteur en 2012 refait surface
Assaut du Capitole: «Donald Trump et ses supporters sont tombés dans un piège»
Israël intensifie ses bombardements en Syrie, Joe Biden visé?
Tags:
confinement, plage, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook