Maghreb
URL courte
Par
303382
S'abonner

L’amendement de la Constitution algérienne qui permet à l’armée d’intervenir à l’étranger dans le contexte de la crise que connait le pays a fait réagir un expert marocain. Dans une déclaration à Médias 24, il estime qu’une opération militaire contre le Maroc n’est pas à écarter pour des raisons politiques et économiques propres à l’Algérie.

L’expert marocain en géopolitique El Moussaoui El Ajlaoui assure dans un entretien accordé au site d’information Médias 24 qu’en raison de la crise politique, économique et sociale en Algérie, une agression de l’armée algérienne contre le Maroc n’est pas à exclure. Selon lui, le but est de détourner l’attention de la population algérienne de la crise intérieure vers un conflit régional pour délocaliser les camps de réfugiés Sahraouis de Tindouf, dont le sous-sol regorge de pétrole de schiste.

L’amendement de la Constitution algérienne qui autorise dans sa nouvelle mouture l’Armée nationale populaire (ANP) à intervenir à l’étranger dans le cadre de L’Union africaine (UA) est un signe, explique le spécialiste. Il imagine que dans le cas d’une demande d’aide militaire formulée par la République arabe sahraouie démocratique (RASD), l’Algérie pourrait intervenir militairement sur le sol marocain.

Le contexte

M.El Ajlaoui signale que pour résorber la crise financière et économique, les autorités algériennes sont obligées de passer par des décisions d’austérité impopulaires, ce qui pourrait déclencher des troubles sociaux dans le pays. «En cas de banqueroute, il n'est […] pas exclu que les responsables algériens tentent de justifier leurs mesures impopulaires, comme une augmentation des prix des denrées alimentaires, du fait d’un conflit avec le Maroc», affirme l’expert.

Par ailleurs, il ajoute que dans le contexte du déclin des réserves de pétrole et de gaz de l’Algérie, la seule découverte intéressante par la Société nationale algérienne des hydrocarbures (Sonatrach) «a été celle d’un important potentiel de pétrole de schiste. Mais le problème est que ces champs sont situés à Tindouf où sont parqués les camps de réfugiés du [Front] Polisario». «En cas de décision d’exploitation, il faudra donc obligatoirement déloger ces populations et les relocaliser ailleurs, soit à l’est du mur [de séparation, ndlr] marocain», avance-t-il.

L’amendement de la Constitution algérienne

La nouvelle mouture du projet de révision constitutionnelle lancé par le Président Abdelmadjid Tebboune contient un amendement permettant à l’ANP de mener des opérations à l’étranger dans deux cas de figure: soit avec un mandat de l'Onu, de l'UA ou de la Ligue des États arabes, soit si un état voisin en fait la demande à l'État algérien dans le cadre d'accords bilatéraux.

«Ce dernier cas de figure est très troublant car si le [Front, ndlr] Polisario, membre de l’Union Africaine, réclame une aide militaire à l'Algérie, il n'est pas exclu de retrouver l'armée algérienne à l’est du mur», suppose El Moussaoui El Ajlaoui. «Cela permettrait aux dirigeants de faire d'une pierre deux coups: à savoir diriger le mécontentement de l'opinion publique vers un conflit régional tout en réglant le problème des champs de schistes bitumineux en délocalisant les camps de réfugiés de Tindouf vers les zones de Bir Lahlou et Tifariti», ajoute-t-il.

En cas d'agression, «tout le monde serait du côté du Maroc»

La plausibilité d’un scénario d’agression militaire algérienne contre le royaume chérifien dépend de plusieurs facteurs, à la fois endogènes et exogènes, selon l’interlocuteur de Médias 24.

«Tout dépendra de l'évolution de la situation du Hirak [le mouvement du 22 février en Algérie qui a mis fin à 20 ans de règne du Président Abdelaziz Bouteflika, ndlr] et de la pression des grands États comme les États-Unis et la France, car la sécurité du Maroc impacte directement celle de la Méditerranée occidentale», considère M.El Ajlaoui. «S’il ne faut pas exclure ce scénario catastrophe, je ne pense pas que l'Europe et surtout l'Espagne, avec ses îles Canaries proches du Sahara [occidental, ndlr], permettront une confrontation armée entre l'Algérie et le Maroc», ajoute-t-il.

De plus, l’expert pense qu’en cas d’agression militaire algérienne, «tout le monde sera du côté du Maroc qui joue un rôle fondamental de verrou du continent européen, sans compter l’appui financier et moral des pays du Golfe qui soutiennent depuis toujours la cause du Sahara marocain».

En conclusion, El Moussaoui El Ajlaoui fait savoir que même «s’il convient de rester optimiste, tous les scénarios sont à l'étude côté marocain d'autant plus que le royaume a deux yeux braqués sur la frontière grâce à ses deux satellites Mohammed VI-A et Mohammed VI-B».

Est-il possible d’apaiser les relations?

Le 19 décembre 2019, lors de la cérémonie de son investiture au poste de Président de la République algérienne, Abdelmadjid Tebboune a affirmé que le conflit au Sahara occidental était «une question de décolonisation», inscrite et traitée dans le cadre des Nations unies, et qui avait fait l’objet d’un nombre conséquent de résolutions du Conseil de sécurité.

M.Tebboune a également mis en avant la position algérienne de soutien à l’organisation d’un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui conformément aux résolutions de l’Onu. Enfin, le chef de l’État a estimé «que cette question ne devait pas être un obstacle pour la reprise de relations normales entre les deux pays».

De son côté, le souverain chérifien Mohammed VI a proposé aux autorités algériennes la création d’un mécanisme de dialogue bilatéral pour la résolution des problèmes qui entravent les relations de bon voisinage dans le cadre d’un dialogue «franc et direct».

Lire aussi:

Deux explosions retentissent à Beyrouth, des morts et des blessés - vidéos
En continu. Le bilan de l'explosion à Beyrouth s'alourdit à 78 morts et près de 4.000 blessés
Trump désigne «la plus grande erreur» de l’Histoire des États-Unis
Tags:
conflit armé, refroidissement des relations, relations diplomatiques, relations bilatérales, reprise de relations, relations économiques, relations publiques, Armée nationale populaire algérienne (ANP), Forces armées royales (FAR), Algérie, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook